Méli, 15 ans, utilise la visualisation positive pour réussir

Bonjour chers lecteurs,

Vous trouverez ci-dessous la retranscription de l’interview que j’ai faite de Mélissandre, une future lycéenne qui utilise la visualisation positive pour générer en elle de la confiance et de la détente avant des épreuves. Une technique que j’ai moi-même éprouvée à plusieurs reprises et qui a toujours bien fonctionné.

Si après avoir regardé cette vidéo, vous souhaitez en savoir plus sur la visualisation positive, je vous recommande de:

L’interview:

Carole : Bonjour à tous, je suis Carole du blog jaimemonavenir.com et aujourd’hui je suis avec Mélissandre, qui va partager avec nous une technique de gestion du stress qu’elle a expérimentée il y a peu de temps.

Alors d’abord on va te présenter brièvement. Tu as 15 ans et tu viens de terminer ta 3ème de collège, brillamment puisque tu as eu ton brevet avec une mention très bien, donc félicitations !

Méli : Merci

Carole : Et tu vas entrer en seconde en septembre prochain…

Méli : C’est ça.

Carole : Alors on va resituer le contexte. Il y a environ 2 mois, tu devais faire un exposé pour ton cours d’histoire de l’art, donc tu l’as préparé pour le présenter devant un jury parce qu’en fait, ça comptait pour le brevet, c’est ça ?

Méli : Exactement, c’est ça.

Carole : Donc c’est une note qui comptait pour le brevet de fin d’année. Alors, comment te sentais- tu quelques jours avant ?

Méli : Ben j’étais stressée parce que j’avais préparé une fiche de notes mais à chaque fois que je m’enregistrais, ça ne rentrait pas dans le timing et j’avais peur de faire un hors sujet, enfin, j’avais peur globalement que ça marche pas quoi, que je dépasse le temps.

Carole : Quand tu parles de timing, c’est-à-dire que tu avais un timing que tu ne devais pas dépasser pour cet exposé?

Méli : Oui, exactement. Je devais parler au minimum 7 mn et au maximum 10 minutes.

Carole : D’accord. Pourquoi te sentais-tu comme ça, c’est parce que tu avais peur d’être hors sujet, tu avais peur de ne pas être dans le timing, de dépasser et que ça impacte ta note ?

Méli : Oui, j’avais peur d’être pénalisée ou pire qu’ils ne me laissent pas finir et que du coup je n’ai pas l’opportunité de dire tout ce que j’avais besoin de dire.

Carole : Alors qu’as-tu fait pour gérer ce stress ?

Méli : Ben d’abord je me suis entraînée avec un chronomètre sur le téléphone, ma mère m’a aidée, elle a fait comme si elle était le jury et je me suis entraînée. Lors de la première prise, j’ai fait 18 mn donc il fallait vraiment que je m’entraîne mais petit à petit j’ai réussi à réduire ; et en fait, le jour où je passais l’épreuve d’histoire des arts, on avait cours le matin, et l’après-midi c’était supprimé pour que tout le monde puisse passer. Je finissais à midi, j’avais mon épreuve à 14h donc du coup à midi, en plus de manger, j’avais le temps de m’entraîner. Et je l’ai refait, j’ai fait plusieurs prises et la meilleure prise que j’ai faite, c’était 13 mn mais c’était trop encore et j’étais vraiment stressée. Et donc ma mère m’a dit attends, je connais une technique et du coup, elle m’a aidée à me déstresser et ça a vraiment bien marché.

Carole : Comment t’as-t-elle aidée à déstresser ?

Méli : Ben elle m’a aidée en faisant une technique qui s’appelle la visualisation positive il me semble, en fait elle a posé ses mains sur mes épaules, elle m’a demandé de fermer les yeux et de m’imaginer dans des conditions optimales, de m’imaginer en train de passer mon épreuve dans de bonnes conditions. Par exemple, elle m’a dit…je ne me souviens pas de ses mots exacts mais c’était quelque chose du genre « tu te vois entrer dans la salle, tu es sereine, tu es confiante ou bien « les profs ont l’air contents de toi », ce genre de choses, tout ce qui est souhaitable le jour de l’épreuve, du coup l’après-midi même. Et en fait, le problème, c’est que je n’arrivais pas, lors des prises, avant qu’elle me fasse la visualisation positive, à sortir les informations que je connaissais sans buter sur les mots, c’était vraiment…on dit que le stress c’est parfois un moteur mais là ça m’empêchait de parler, j’étais pas bien, et après avoir fait ça, elle me l’a dit mais même moi je l’ai senti, c’était beaucoup plus fluide, j’étais beaucoup moins stressée, j’étais claire, calme et lors de la prise, j’ai fait 10,54 mn. Certes, ça dépassait encore un peu mais c’est beaucoup mieux que 13 mn.

Carole : Et beaucoup mieux que 18 mn !

Méli : Oui, ça c’est sûr (rires).

Carole: Et alors comment t’es-tu sentie au moment où tu es passée devant le jury ?

Méli: Ben un petit peu avant, j’ai fait le trajet, j’attendais dans le couloir devant la salle et pendant ce temps là, j’étais quand même un peu stressée mais je considère que c’est normal parce que c’est quand même une épreuve qui compte beaucoup pour le brevet, moi ça comptait pour un tiers de ma note et j’étais stressée par ça mais pour le coup c’était vraiment du stress moteur, ça m’empêchait pas… je veux dire je ne tremblais pas, j’avais un peu les mains moites mais comme à chaque fois qu’on passe un examen en règle générale, j’allais pas m’écrouler par terre quoi !

Et donc quand ils m’ont appelée, quand je suis rentrée, au départ j’avais le cœur qui cognait très fort, mais une fois que j’ai commencé, je me sentais mieux et j’ai vraiment pas eu de mal à le faire, c’était vraiment un bon stress qui faisait une montée d’adrénaline et ça allait bien quoi !

Carole : Oui c’est un stress qui t’a mobilisée, qui t’a permis de te concentrer.

Méli : Voilà, exactement.

Carole : D’accord et donc peux-tu dire que tu as réussi ton exposé ?

Méli : Oui oui j’ai bien réussi, les profs avaient l’air plutôt contents de moi, ils me souriaient, ils ne tiraient pas une tête de 6 pieds (rires), ils avaient l’air plutôt contents de ce que j’avais fait. Et moi je me sentais bien, j’avais le sentiment d’avoir réussi, j’avais fait quelques petits couacs mais ce n’était pas une boulette monstrueuse, ce n’était pas quelque chose de très grave.

Carole : Et ça s’est matérialisé par quelle note ?

Méli : Ben j’ai eu une très très bonne note puisque j’ai eu 20/20.

Carole : Ah génial !

Méli : J’étais très contente.

Carole : Oui j’imagine !

Méli : C’était une épreuve pour moi qui était importante parce que c’est une matière qui me plaît quand-même, je trouve que c’est intéressant et j’avais pas envie de me louper là-dessus ; quand on est fort dans une matière, enfin pas fort mais quand on aime une matière, c’est agréable d’avoir des bonnes notes et de réussir.

Carole : Est-ce que tu peux dire que cette technique de visualisation positive a bien fonctionné pour toi ?

Méli : Oui oui très bien, j’étais beaucoup mieux.

Carole : Est-ce que tu l’as utilisée dans d’autres circonstances depuis ?

Méli : Oui, je l’ai utilisée pour mon brevet, donc pour les 2 jours d’examen, et ça a encore une fois bien marché.

Carole : A plusieurs reprises ?

Méli : Oui je l’ai fait 2 fois, mon brevet c’était sur 2 jours et l’épreuve qui me stressait le plus, c’était l’épreuve d’histoire-géo du deuxième jour et je l’ai fait une fois le soir du premier jour d’examen et une fois le soir 3 jours avant le premier jour d’examen.

Carole : Donc tu l’as fait 3 jours avant et la veille de cet examen là.

Méli : Oui.

Carole : D’accord. Alors est-ce que tu penses que c’est une bonne technique de gestion du stress, que ça donne confiance ?

Méli : Oui, je pense que ça détend vraiment, même physiquement, enfin moi je pouvais ressentir que j’étais beaucoup mieux, je n’avais pas de crampes d’estomac, j’avais les épaules relâchées…Et on a un sentiment de confiance, vraiment.

Carole : D’accord, et penses-tu que n’importe qui peut l’utiliser ?

Méli : Oui, je pense. On peut même le faire soi-même, s’auto…enfin je ne saurais pas comment dire mais…

Carole : Oui parce que quand tu l’as fait, c’est ta maman qui a mené l’exercice, qui t’a guidée, donc c’est tout à fait possible pour un parent de faire ça, si son enfant est stressé, que ce soit dans le cadre scolaire ou extra scolaire, parce qu’on vit tous des situations de stress ; mais la seconde fois que tu as utilisé cette technique, c’est-à-dire pour l’examen du brevet au mois de juin, là tu l’as fait toute seule…

Méli : Oui je l’ai fait toute seule, je pense qu’avant tout, c’est important d’être dans un endroit calme parce que c’est comme de la méditation quand-même et si on est coupé ou si vous partagez votre chambre avec je sais pas, votre ami, votre frère, votre sœur, peut-être prévenez vos proches de ne pas rentrer dans la chambre. Je pense que c’est important d’être dans un endroit où on se sent bien et qui est calme.

Carole : Oui, parce que la visualisation, si j’ai bien compris, c’est que tu as vu la scène qui t’attendait en détail, tu t’es passé le film qui t’attendait en détail en fait…

Méli : Oui, c’est exactement ça…

Carole : Et tu y as associé des émotions positives, comme la sérénité, la confiance etc.

Méli : La sécurité…

Carole : Et pour faire ça, il faut quand-même pouvoir se concentrer.

Méli : Oui.

Carole : Est-ce que tu l’as conseillée à tes camarades ?

Méli : Oui, je l’ai même appliquée sur une de mes camarades !

Carole : Ah bon ?

Méli : Oui avant l’épreuve d’histoire de l’art, elle était dans la même salle que moi, elle passait après et elle avait l’air stressée aussi, et bon, je ne la connais pas très bien personnellement mais je l’ai suffisamment vue pour voir que ça n’allait pas et je lui ai dit, attends, je vais faire quelque chose, ça a super bien marché pour moi et d’ailleurs elle m’a tout de suite dit, enfin, une fois que j’avais terminé, oh c’est incroyable, ça détend vachement, je me sens mieux, donc ça marche vraiment sur beaucoup de monde, en fait tout le monde à mon avis.

Carole : Très bien, merci Mélissandre pour ce partage…

Méli : De rien

Carole : et bonne continuation pour ton parcours de vie !

Méli : Merci !

Carole : Quant à moi, je vous remercie d’avoir suivi cette vidéo et je vous dis à bientôt sur jaimemonavenir.com ! 😉

Donnez votre avis sur cette interview en laissant un commentaire! :-))

2 comments / Add your comment below

  1. Intéressante description de la visualisation positive appliquée aux examens, et des pouvoirs de la confiance en soi. En plus racontée par une jeune : je m’en souviendrai pour l’utiliser avec mon jeuns’ !
    Avec la confiance en soi on réussit tellement de choses !

  2. Bonjour à toutes les deux,

    Super Interview et super utilisation de la Visualisation Positive pour apprendre à déstresser.

    Les applications de la Visualisation Positif dont innombrables.

    Comme le dise les Américain « sky is the limit ».
    J’encourage tous tes lecteurs à se documenter un peu plus si ce sujet les intéresse car une fois maîtriser il permet réellement d’obtenir des résultats très ambitieux 🙂

    Et merci à toi Carole pour le lien vers Penser et Agir.

    À bientôt,
    Mathieu.

Laisser un commentaire