Mon défi vidéo : Pour Tanahé, 17 ans, ce sera l’évènementiel

Retranscription de l’interview web

C: Carole ; T: Tanahé


C: Bonjour c’est Carole du blog jaimemonavenir.com, je suis contente de vous retrouver pour la 7ème interview de mon défi et aujourd’hui c’est une interview un peu particulière parce que c’est une interview web, à distance et je suis avec Tanahé, qui n’est autre que ma cousine en fait mais qui habite à 350 km de chez moi donc voilà c’est la raison pour laquelle c’est une interview à distance, bonjour Tanahé !

T: Bonjour

C : Comment vas-tu ?

T: Ben très bien

C: Très bien,  alors on va te présenter brièvement donc tu as 17 ans, tu habites à Lunéville, en Meurthe et Moselle et tu viens de passer ton bac ES, économique et social, que tu as brillamment obtenu puisque tu as eu une mention bien.

T: Oui

C: Alors on va rentrer tout de suite dans le vif du sujet, lorsque je te parle orientation, qu’est-ce que ça t’évoque spontanément ?

T: Eh bien le métier que je vais faire plus tard tout simplement, le domaine dans lequel je vais travailler, ce qui va me permettre de gagner ma vie, si ça va me plaire etc., voilà c’est ce que m’évoque l’orientation.

C: Très bien, et quand je te parle avenir ?

T: Ben c’est à peu près la même chose, c’est ce que je vais devenir, si je vais être heureuse avec le métier que je vais faire notamment, si ça va me plaire et tout simplement si j’arriverai à gagner ma vie tout en étant heureuse quoi…

C: Très bien donc il n’y a pas d’angoisse ou de sentiment particulier par rapport à ces questions ?

T: Ben si, de l’angoisse non mais je me pose des questions, je ne sais pas de quoi est fait l’avenir mais non je ne suis pas angoissée, je vais tout donner pour faire en sorte que ça se passe bien et puis voilà !

C: Bien alors on va revenir sur ton expérience APB puisque tu as fait cette expérience cette année, comment ça s’est passé pour toi APB (Admission Post-Bac) ?

T: Ben pour ma part plutôt mal en fait…

C: Ah bon, pourquoi ?

T: Ben j’avais fait des demandes pour des IUT, techniques de commercialisation en 1er vœu et en 2ème voeu j’avais mis INFOCOM des organisations. En 3ème vœu, j’avais aussi mis techniques de commercialisation mais c’était à Epinal donc c’était beaucoup moins pratique pour moi, les deux premiers c’était à Nancy, et en 4ème vœu j’avais mis une Fac au cas où, la Fac INFOCOM à Nancy.

Et il se trouve que dans les deux premiers vœux ben j’étais sur liste d »attente dans la première phase, à Epinal, j’ai été prise mais bon ce n’était pas ce que je voulais, Epinal c’est trop compliqué en fin de compte, et donc la première phase d’admission j’étais en liste d’attente pour les deux premiers et puis dans la deuxième phase d’admission j’étais encore en liste d’attente et en fait, je ne sais pas ce que j’ai fait, j’ai peut-être fait une erreur, je n’ai pas voulu attendre la 3ème phase d’admission et je me suis directement en fac d’INFOCOM à Nancy, donc en procédure complémentaire je crois que ça s’appelle et du coup ça a annulé mes premiers vœux, mes deux premiers vœux ça les a annulés et ben je n’ai plus aucune chance, même si j’étais en liste d’attente, je n’ai plus de chance d’être prise à l’IUT mais c’était juste pour éviter de prendre des risques, j’ai voulu directement m’inscrire en fac sans attendre quoi, mais bon…

C: D’accord donc si je comprends bien, tu as…fait tes vœux…tu aurais préféré être en IUT ?

T: Ben oui, de base oui j’aurais préféré mais bon…

C: Pour quelles raisons ?

T: Ben on m’a dit, enfin j’ai fait des recherches et l’IUT c’est plus…c’est cadré je trouve, beaucoup plus cadré que la Fac donc ça me permet d’être rassuré, ça m’aurait permis d’être rassurée et aussi il y a des stages et des stages, pratiquer directement sur le terrain, ça aurait été un plus je pense pour moi et en plus les études sont plus courtes,enfin, on est inséré sur le marché du travail un peu plus rapidement je crois donc je ne sais pas, je m’étais faite une idée de l’IUT qui était…enfin une  meilleure idée de l’IUT que la Fac mais bon…

C: Très bien donc ça veut dire que là tu es inscrite en licence Information Communication à la Fac de Lettres de Nancy c’est ça ?

T: Exactement

C: D’accord et donc c’est quand-même une petite déception pour toi ?

T: Oui après je me dis que c’est quand-même dans le domaine que je veux faire, INFOCOM, donc ça va au final puis bon la Fac, je pense quand-même que c’est dans mes cordes étant donné que je suis assez autonome etc. donc je ne suis pas non plus déçue déçue mais bon, voilà j’aurais préféré l’IUT mais je ne suis pas trop déçue ça va !

C: D’accord alors justement pour décider de tes vœux, comment tu t’y es prise ?

T: Alors au tout début moi c’était pas, enfin je ne voulais pas du tout faire, enfin je ne voulais pas travailler dans l’INFOCOM, enfin dans la communication, au tout départ ben tu te rappelles je n’avais pas trop d’idées de métier, en fait je valsais un peu entre plusieurs domaines qui n’avaient  strictement rien à voir, je ne savais pas les débouchés et tout enfin, du coup je t’ai contacté toi, c’est avec toi qu’au final j’ai trouvé ma voie, et c’est en faisant des quiz, des tests avec des questions sur l’orientation, on en a fait beaucoup et puis au final c’est comme ça que j’ai vu que je voulais travailler dans la communication et plus particulièrement faire chargée de communication évènementielle.

C: Oui alors il faut quand-même souligner que tu as pris les choses en main assez tôt puisque tu n’as pas attendu la terminale pour te questionner sur ton orientation et que ce travail qu’on a fait ensemble, enfin c’est surtout toi qui a fait le travail en réalité, on l’a commencé en août 2016…

T: C’est vrai…

C: Donc avant la rentrée, il s’est poursuivi, parce que j’ai repris nos échanges de mail, parce que l’on a beaucoup échangé par mail, ça s’est passé jusque début octobre, on a eu des échanges de mail de mi-août jusqu’à début octobre à ce sujet et puis à la suite de quoi tu m’as dit effectivement que l’évènementiel, tu étais séduite à 100%, voilà et du coup après, les choses se sont…tassées on va dire et puis tu es revenue vers moi au mois de janvier 2017 avec des questions sur la fac de psycho, sur les études de psycho tu t’en souviens ?

T: Oui je m’en souviens mais en fin de compte, non, je ne veux pas du tout faire ça.

C: Oui parce qu’il y avait une amie à toi qui faisais ces études là, qui était en première année de licence c’est ça ?

T: Exactement

C: Et qui t’en avait dit que du bien en fait. Du coup tu t’étais demandé si ce n’était pas aussi une voie intéressante à prendre et on en avait discuté…

T: Oui, et en fin de compte je pense que ça ne me correspond pas plus que ça. Déjà il n’y a que peu de débouchés je crois en fac de psycho sinon il faut faire des études vraiment longues et en fait, je n’ai rien à voir avec ce milieu là, je ne me suis jamais spécialement intéressée à la question donc je ne vois pas ce que je ferais là-bas en fac de psycho…

C: Très bien, donc comment ça se fait que tu as mis techniques de commercialisation en 1er vœu et pas INFOCOM, l’IUT INFOCOM en 1er vœu ?

T: Alors ben au tout départ je voulais mettre IUT INFOCOM en 1er vœu mais après j’ai parlé avec un ami et celui-ci en fait avait fait DUT Techniques de commercialisation et il m’avait dit que c’était beaucoup plus vaste, enfin que ça élargissait nos débouchés et genre si j’avais pu, voulu changer d’orientation pendant mes études, ça aurait été beaucoup plus pratique étant donné que ça ouvrait sur plus de débouchés et que je pouvais quand-même faire chargée de communication évènementielle avec ces études, c’est ce qu’il m’a dit. En plus il m’a dit que c’était bien, qu’il y avait beaucoup de soirées étudiantes en plus ! (rire)

C: Ah ça a été une source de motivation ça ! (rire)

T: Ben ce n’est pas la source majeure de motivation mais ça compte un petit peu quand-même !

C: Oui d’accord alors justement je vais revenir un petit peu sur nos échanges, les échanges qu’on a eus parce que ça peut intéresser évidemment des jeunes, qui sont en recherche d’orientation, qui cherchent leur voie, qui sont un  petit peu perdus, qui ne savant pas trop quoi faire. Les deux piliers pour mois de l’orientation, les deux choses dont on doit tenir compte, c’est à la fois qui on est, donc pour ça il faut développer, apprendre à se connaître et développer une conscience de soi, ça ce n’est pas forcément une chose évidente, je ne sais pas ce que tu en penses ?  

T: Ben j’ai quand-même réussi avec toutes ces questions et tous ces tests mais au départ, oui, au départ, je ne savais pas vraiment.

C: Tout à fait, et puis le deuxième pilier pour moi, c’est l’exploration de l’environnement, éducationnel, formations, métiers, l’environnement économique etc. et c’est la correspondance entre ces deux choses qui fait l’orientation en fin de compte. Et qui permet de faire ses choix. Et c’est vrai que donc on a travaillé sur ces deux dimensions là. Je t’ai proposé, tu parlais de questionnement, de tests etc., en fait il y a eu si mes souvenirs sont bons un questionnaire, c’est le questionnaire de Proust, j’ai écrit d’ailleurs un article à ce sujet sur mon blog, il y a eu un test aussi sur les metiers.net mais que tu as fait après une grosse période de réflexion, c’est-à-dire que tu ne l’as pas fait tout de suite ce test sur les metiers.net, que je trouve pas mal fait d’ailleurs, tu l’as fait à l’issue d’une grosse réflexion sur toi-même déjà, moi j’ai utilisé juste le questionnement en fait, le questionnement pour que tu puisses cerner mieux tes passions, tes centres d’intérêt, tes aspirations, tes valeurs, tes besoins, tes talents, souviens-toi, on a quand-même pas mal parlé de tes talents, toutes ces choses qui permettent à un moment donné de….. faire des choix, de s’orienter et de faire la meilleure orientation pour soi et pas pour le voisin.

Donc en fait c’est beaucoup sur la base du questionnement en fait, beaucoup sur la base du questionnement et puis après bien-sûr on prend en compte l’environnement, on prend en compte le marché du travail, on prend en compte aussi les résultats scolaires et la façon dont le système fonctionne mais voilà on a travaillé toutes ces choses là. Donc aujourd’hui tu es à l’aise avec l’idée de partir dans l’évènementiel ?

T: Oui je pense que ça me correspond totalement, le contact avec les gens et puis je suis très organisée donc je pense que c’est ça que je veux faire. On ne sait jamais mais pour l’instant, c’est le seul truc qui je pense me correspond à 100% quoi.

C: Oui en fait on a vu que tu avais des talents d’organisatrice, depuis très longtemps…

T: Oui je crois, talent je ne sais pas mais je suis assez organisée ça c’est sûr

C: Que tu aimais planifier, organiser des choses, que tu organisais aussi, que tu prenais plaisir, beaucoup de plaisir à organiser des évènements, alors des fêtes d’anniversaire pour tes amies, en prenant tout en main en fait, en prenant tout en charge…

T: Oui exactement

C: Et puis bon, tu n’as pas que ça comme talent mais tu as celui-là, ce goût aussi et puis je t’ai même suggéré à un moment donné si tu te souviens de…d’articuler ce talent là que tu as avec une passion que tu as…qui est ?

T: L’équitation non ?

C: Oui l’équitation parce que finalement je trouve que quand on arrive à faire la jonction entre les capacités que l’on a, les talents que l’on a et les passions que l’on a, c’est tout simplement génial…

T: Ca c’est sûr oui, c’est parfait mais bon…

C: C’est ça, et donc je t’ai suggéré quelque chose qui peut peut-être, à l’avenir qui peut te permettre d’articuler à la fois ton goût, ta passion pour l’équitation, pour le monde du cheval et tes capacités d’organisatrice d’évènements, ton goût pour les rencontres etc. Alors on verra si tu pourras le mettre en œuvre et si tu le mets en œuvre mais en tous cas c’est une suggestion, on ne va pas en parler là dans le détail parce qu’il faut garder le secret, on ne sait jamais si tu te lances sur ce genre de créneau et d’activité mais c’était plus dans une optique de devenir ton propre patron…

T: Oui…

C: De le faire à titre…, de le faire en solo, en tant qu’entrepreneur

Et ce qu’il faut savoir parce que peut-être que les jeunes ne le savent pas, parce que ce n’est pas extrêmement bien valorisé quoique ça commence à changer aujourd’hui, c’est qu’il existe un statut d’étudiant entrepreneur...

T: Ah bon, ben même moi je ne savais pas…

C: Voilà, il existe un statut d’étudiant entrepreneur donc on peut à la fois être étudiant et conserver les avantages du statut étudiant (la sécurité sociale, les avantages financiers qu’on peut tirer aussi de ce statut là) et entrepreneur, c’est un peu comme le régime de l’auto-entrepreneur, donc c’est hyper light, ça permet de tester certains concepts et certaines idées alors qu’on est encore en études…voilà, pour la suite…ça peut être une expérience très enrichissante en fait !

S: Oui, c’est vrai. Après il faut que je vois, enfin il faut vraiment que je commence déjà mes études et puis après oui, dans 1 an, 2 ans, je ne sais pas, il faudra peut-être que je m’intéresse un peu plus à la question, ça peut être un plus effectivement…

C: Tout à fait, j’allais te demander, parce que j’ai des questions un peu rituelles dans les interviews quel serait le métier idéal pour toi, si tu peux me le décrire ?

T: Eh bien, chargée de communication évènementielle, tout simplement, comme je l’ai déjà dit et comme tu l’as déjà dit c’est organiser des évènements, respecter la demande des gens, voilà ce que je veux faire, contact avec les gens, organisation, organiser ça me correspond tout à fait donc c’est le métier idéal je pense pour moi.

C: Il y a plus des domaines, parce que événementiel c’est très large, très vaste, il y a plus des domaines qui t’intéressent à priori, la musique, le mariage, organiser des mariages enfin…

T: Oui, organiser des mariages, franchement j’adorerais ça ! J’adorerais ça, je pense que ce serait un réel plaisir ou oui aussi un festival de musique, pourquoi pas et puis comme tu as dit pourquoi pas faire des évènements un peu plus spéciaux qui lient équitation et évènementiel aussi, ça peut être sympa, enfin créer des événements moi-même et pas forcément selon la demande des personnes qui me contactent mais aussi créer mes propres évènements à moi, j’aimerais beaucoup.

C: Et si tout était possible, si tu avais zéro limite, qu’est-ce que tu aimerais faire de ta vie ou être ? Alors là je te parle plus largement, qu’est-ce que tu aimerais faire de ta vie si tout était possible ?

T: Donc en tant que métier ou en tant que…

C: L’activité mais aussi plus largement, ta vie rêvée quoi !

T: Ma vie rêvée, je ne sais même pas moi-même répondre à cette question, je ne sais pas vraiment, après ce que je veux c’est avoir un métier qui me plait vraiment, où je suis heureuse de me réveiller le matin, où je gagne plutôt bien ma vie sans forcément être riche mais juste pouvoir vivre bien et puis être entourée des gens que j’aime et puis voilà tout simplement, c’est ça qui ferait de ma vie une vie parfaite je pense…

C: Les voyages ?

T: Ah oui voyager j’aimerais beaucoup ! Aussi ben pourquoi pas créer des évènements dans les 4 coins du monde et pas forcément qu’en France, ça j’adorerais mais bon, avant d’en arriver là, il faut quand-même que je commence bien en France ça c’est sûr… mais oui, j’adorerais faire des festivals, je ne sais pas, en Italie, en Angleterre, je n’en sais rien, ça j’adorerais, ce serait génial je pense…

C: Tu parles anglais, tu maitrises un peu l’anglais ou pas ?

T: Ben l’anglais oui, je m’en sors plutôt pas mal, après je ne suis pas bilingue, après je n’ai pas eu des profs excellents mais au Bac je m’en suis quand-même sortie avec 15 donc ça va, je m’en sors en anglais. Et puis de toute façon je vais faire tout pour l’améliorer, je pars en Angleterre là pendant les vacances donc j’aimerais bien pousser mon anglais le plus loin possible.

C: Oui tu as conscience que c’est important aujourd’hui…

T: Ah ben ça c’est sûr, c’est la langue la plus importante je pense

C: Donc les voyages, tu vois, quand on creuse un peu, on arrive toujours à trouver encore des choses….(rire)

T: Oui ben ça c’est sûr, c’est primordial même. Rester en France toute ma vie, ce n’est pas ce que je veux, je veux voyager !

C: Très bien ! Ben écoute merci Tanahé pour cet échange et puis je te souhaite un bel été et de bonnes vacances en Angleterre, à bientôt ?

T: A bientôt

C: Je t’embrasse, ciao ! 

Infos + :

Admission Post-Bac

Les IUT INFOCOM

La licence Information-Communication

Le métier de chargé(e) de communication évènementielle

DUT Techniques de commercialisation

Le statut d’étudiant-entrepreneur

Si vous avez apprécié cette interview, partagez-la avec les gens qu’elle pourrait intéresser ! 😉

Laisser un commentaire

Soyez prévenu(e) dès que je publie un nouveau contenu et recevez gratuitement mon guide Cliquez ici
Hello. Add your message here.