Le métier d’inventeur

Journal le Petit Inventeur

Quand je pense aux inventeurs, j’ai tout de suite devant les yeux des images. Celles de ces hommes qui, au début du XXème siècle, construisaient des coucous et essayaient de les faire voler, parfois au péril de leur vie, pas vous ? Des images muettes et en noir et blanc d’un autre temps qui me font rêver, allez savoir pourquoi…

Bricoleurs de tous poils, scientifiques géniaux… Dans différents domaines ils trouvent comment rendre notre vie meilleure.

A l’image de Louis Braille (inventeur de l’alphabet pour les aveugles qui porte son nom), Henri Fabre (inventeur de l’hydravion), Joséphine Cochrane (inventeur du premier lave-vaisselle, tiens, une femme, comme c’est étrange… ;-), Steve Jobs…

Est-ce un métier d’inventer ?

Oui, on peut le considérer pour les raisons suivantes :

  • parce qu’il regroupe un certain nombre d’habiletés caractéristiques
  • parce que l’on peut en vivre, à l’image de Michel Chamoulaud, qui vit des ses inventions en botanique depuis plus de 40 ans (c’est lui qui a inventé notamment le gazon en rouleaux)

C’est aussi un statut :

  • celui d’inventeur indépendant
  • celui d’inventeur salarié pour l’employé qui invente quelque chose dans le cadre de son contrat de travail avec une entreprise (90 % des inventions brevetées sont le fait d’inventeurs salariés ; Source : INPI)

La plupart des inventeurs ont déjà  un métier à  la base (par exemple, ingénieur pour Henri Fabre, arboriculteur pour Michel Chamoulaud…) mais ce n’est pas le cas de tous.

Preuve en est, Adrien Roussel, qui a inventé, alors qu’il n’avait que 15 ans, un casse noisettes qui lui a permis d’obtenir une double médaille d’or au concours Lépine en 2010

Ce produit simple et pratique, que j’ai testé moi-même à  la foire expo de Paris cette année est aujourd’hui commercialisé.

Pour en savoir plus sur lui et savoir comment lui est venue l’idée de ce casse-noisettes, cliquez ici.

Quelle différence entre inventer et innover ?

Les inventeurs ont le goût de l’innovation mais il y a bien une différence entre une invention et une innovation. Une invention est une idée qui entre dans le monde physique, il y a production de quelque chose (un prototype). Une innovation est une invention qui rencontre un marché, autrement dit qui est commercialisée.

Toutes les inventions ne sont pas commercialisées donc ne deviennent pas des innovations.

Comment protège t-on son invention ?

L’INPI (institut national de la propriété industrielle) est l’organisme auquel s’adresser pour protéger son invention grâce à  un dépôt de brevet. Pour que le brevet soit accepté, l’invention doit répondre à  des critères énoncés sur le site de l’INPI : « L’invention pour laquelle vous envisagez de demander un brevet doit être non seulement une solution technique à  un problème technique, mais doit également être nouvelle, impliquer une activité inventive et être susceptible d’application industrielle. » Pour en savoir plus, cliquez ici.

Qu’ont en commun les inventeurs ?

Parmi les inventeurs, nous trouvons des visionnaires, des créatifs, des chercheurs. Et même s’ils ont la tête dans les étoiles, ils ont aussi, la plupart du temps, les deux pieds bien ancrés dans le sol parce qu’ils sont reliés aux besoins des gens.

En effet, souvent, ils cherchent des solutions à  des problèmes du quotidien.

Il arrive tout de même que ce soit fortuit, comme ce fut le cas pour Adrien Roussel. Il ne cherchait effectivement pas Ãà  trouver un objet facile et pratique pour casser les noisettes. En revanche, confronté à  un problème « je n’ai plus de cailloux pour jouer avec mon lance-pierre », il a cherché dans son environnement par quoi il pourrait les remplacer. Et c’est là  qu’il a trouvé les noisettes. On peut dire qu’il a été créatif, là  ou d’autres se seraient dit « tant pis, j’arrête de jouer, je passe à  autre chose » ou « je vais aller chercher des cailloux ailleurs ».

Par la suite, s’apercevant qu’avec son lance-pierres devenu lance-noisettes, il cassait les noisettes, il a eu l’idée du casse-noisettes façon lance-pierre ! Donc premièrement, il a observé (et tout inventeur, tout créatif est un observateur) et deuxièmement, il a eu l’idée de tirer profit de cette observation, là  ou d’autres se seraient contentés de dire « ah ouais, ça marche bien aussi avec les noisettes mis à  part que ça les écrase… » et point final.

Certains diront qu’il a fait preuve de sérendipité !

Qu’est-ce que la sérendipité ?

Le Larousse en donne cette définition : « Capacité, art de faire une découverte, scientifique notamment, par hasard ; la découverte ainsi faite. »

Cette définition est étrange. Comment quelque chose qui est censé être le fruit du hasard peut-il être une capacité ?

En faisant des recherches sur le sujet sur le net, je me suis aperçue qu’en fait, la sérendipité consistant à  trouver quelque chose qu’on ne cherchait pas, elle nécessite une capacité à  observer, à  faire du lien entre les choses, ou autrement dit une disposition à  reconnaître puis à  se saisir des opportunités de l’environnement. Et c’est exactement ce qu’Adrien Roussel a fait.

Sommes-nous tous des inventeurs ?

La créativité est le fer de lance de l’invention.

Nous avons tous un potentiel créatif mais nous ne l’exploitons pas toujours, loin s’en faut.

Celui-ci a bien souvent (trop souvent) été étouffé par l’éducation que nous avons reçue (parentale mais aussi celle imposée par le système scolaire).

Ce potentiel peut s’exprimer de mille façons. Et pas seulement à  travers les productions artistiques bien entendu. Nous pouvons être créatifs et inventer dans tous les domaines, à  commencer dans notre vie quotidienne, qui regorge de petits ou gros problèmes à  résoudre non ?

Vos enfants peuvent-ils devenir inventeurs?

Eh bien, que ce soit pour en faire leur « métier » ou pour mieux vivre leur quotidien, je serais tentée de répondre par l’affirmative. Pour cela, ils doivent développer leur créativité et leur sérendipité !  😉

Comment ?

Je ne suis pas une spécialiste en la matière, aussi je vous recommande d’aller consulter les sites ou blogs spécialisés, ce n’est pas ce qui manque. Par contre, je vous donne quand-même une idée : prenez l’habitude de faire appel à  eux pour résoudre un problème que vous rencontrez. Cela peut être un tout petit problème. Même si vous avez déjà  trouvé une solution, laissez-les vous aider, et même s’ils ne trouvent pas une solution viable à  chaque fois, cela renforcera leur confiance, qui est la base pour que leur créativité puisse s’exprimer, pour oser et prendre des risques.

Pour finir…

Je suis partie du métier d’inventeur pour arriver à  l’état d’esprit de l’inventeur. Ces deux-là  sont liés.

Si vos enfants ne seront pas tous des inventeurs de métier, ils pourront être les inventeurs de leur propre vie et laisseront peut-être, dans ce monde, leur propre empreinte…Les entrepreneurs sont aussi des inventeurs, pensons-y !

Et vous, qu’inventez-vous ? Dites-le moi dans les commentaires ! Et si vous avez aimé cet article, partagez-le ! 😉

2 réflexions sur “Le métier d’inventeur

  1. Bonjour Carole!
    Merci beaucoup pour ce bel article porteur d’espoir et d’optimisme!
    Une belle leçon d’éducation : laisser nos enfants intervenir à  leur façon dans le quotidien familial plutôt que de leur imposer une façon d’être (dans une mesure utile bien sûr! 😉 )
    Merci beaucoup pour ce rappel très important.
    A très bientôt de vous lire.
    Virginie.

  2. Pingback: Le métier d’inventeur ou une vie à inventer – Pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *