J’ai testé pour vous des groupes d’échanges entre parents

Groupe de parents
Crédit photo : rawpixel

J’ai participé récemment à deux groupes d’échanges entre parents, organisés par l’EPE d’Ile de France (L’Ecole des Parents et des Educateurs) dans le cadre de l’action Parents Parisiens. Ces groupes d’échanges étaient animés par Florence Meyer, coach et présidente de l’association Quokka. En tant que coach, elle a 3 domaines d’intervention : la communication parents-ados, la scolarité et l’orientation.

Ayant intégré récemment l’association Quokka et ayant, comme vous le savez,  un vif  intérêt pour les questions qui tournent autour de la parentalité et de l’adolescence, j’y suis allée.

Quel est l’intérêt d’un groupe d’échanges entre parents ?

Parfois nous pouvons rencontrer des difficultés dans notre rôle de parent et nous ne savons pas toujours vers qui nous tourner pour trouver ce dont nous avons besoin, à savoir, le plus souvent, de l’écoute, de la bienveillance ainsi que des ressources pour nous aider à dépasser nos difficultés. Sans forcément aller consulter un professionnel.

Le groupe d’échanges est précisément là pour ça. 2H pour un partage d’expériences, pour échanger sur ce qui nous préoccupe, nous questionne et tenter, ensemble, dans un climat de bienveillance dont l’animateur est le garant, de trouver des pistes pour mieux vivre notre parentalité.

Effectivement aujourd’hui, il n’est pas toujours facile d’être parent, n’est-ce-pas ?

Quels sujets sont abordés ?

L’adolescence, l’autorité, la séparation des parents, l’autonomie, l’utilisation des écrans, la sexualité, les addictions, la scolarité, l’orientation etc. Beaucoup de sujets sont évoqués dans ces groupes.

Personnellement, ceux auxquels j’ai assisté pour le moment étaient centrés sur la relation parents-ados puisque les thèmes étaient 1/ Mes parents m’énervent, mon ado m’épuise et 2/ Je rêve d’être un parent d’ado heureux.

Est-on obligés de parler de notre vécu dans ces groupes d’échanges ?

Nous avons bien entendu fait un petit tour de table mais nous étions libres de dire de nous, de notre vécu parental, ce que nous désirions. Nous aurions pu juste dire notre prénom et l’âge de notre(nos) enfant(s) par exemple.

Il se trouve que toutes ces mamans ont partagé, au final, leur vécu avec leur(s) ado(s). En effet, il y avait un climat de confiance propice à l’échange. A aucun moment, je n’ai senti de jugement par rapport à ce que chacune évoquait de ses difficultés ou de sa façon de faire avec son enfant.

Chaque parent fait en fonction de ce qu’il ressent. Il peut juste écouter.

Les difficultés évoquées lors de ces 2 groupes

Les difficultés de ces mamans par rapport à leurs adolescents étaient variées : phobie scolaire, anxiété et dévalorisation chez leur ado, baisse générale de niveau scolaire en 3ème, relations compliquées, violence verbale, mise en danger de l’ado etc. Parfois, les difficultés rencontrées par un parent sont telles qu’elles nécessitent une prise en charge par ailleurs, via un suivi psy, un coaching ou une médiation.

Dans tous les cas, même si ces groupes permettent un partage d’expériences qui peut être utile aux parents, parce qu’il permet des prises de conscience, des changements de regard, d’accéder à des manières de faire avec leurs enfants ou ados auxquelles ils n’avaient pas pensé, il ne sont pas miraculeux ! On ne ressort pas avec la ou les solutions qui vont changer immédiatement la donne !

Mais au-delà de ce que j’ai déjà évoqué, je trouve que le bénéfice de ces groupes est vraiment important. En effet, être vraiment écoutée, cela peut déjà faire le plus grand bien. Ensuite, chaque parent, à l’occasion de ces groupes peut s’apercevoir qu’il n’est pas seul à vivre certaines situations difficiles. Enfin, il peut se découvrir parent ressource pour d’autres parents, et cela est particulièrement valorisant et peut redonner un peu de confiance à un parent qui en arrivant, se jugeait comme défaillant.

Les échanges

Dans ces deux groupes, il a été question des mutations du cerveau à l’adolescence, de la nécessité d’apprendre à gérer ses émotions (les nôtres et celles des ados), de la fameuse « crise d’adolescence », du positionnement du parent par rapport à son ado, du parent qui n’est pas QUE parent etc.

Florence, l’animatrice, qui se considère comme une éveilleuse, prenant appui sur quelques outils, a suggéré des pistes pour améliorer la communication parent-ado et sortir pas à pas des situations bloquantes. Les parents eux-mêmes ont été ressources entre eux et j’ai trouvé ça positif.

Je vous invite donc, où que vous soyez, à vous renseigner pour savoir si de tels groupes existent près de chez vous et à oser y aller, du moins si vous en ressentez le besoin !

Mais peut-être avez-vous déjà testé, dans ce cas, apportez votre témoignage dans les commentaires !;-)

Pour aller plus loin:

Le site de l’association Quokka 

Le site Parents Parisiens 

1 comment / Add your comment below

  1. Merci Carole, pour cet article qui résume parfaitement l’intérêt des groupes d’échange de parents.
    Pour y participer de temps en temps, je trouve que cela est plus facile de s’épancher car :
    * Avec des inconnus, vous démarrez une nouvelle relation. Les autres parents vous perçoivent tel que vous êtes, sans les auto-jugements que vous pouvez parfois vous infliger.
    * Le principe de confidentialité, même s’il n’est pas évoqué, est implicite.
    * Vous pouvez nouer une relation de confiance avec des personnes que vous n’auriez jamais pu rencontrer dans la vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Soyez prévenu(e) dès que je publie un nouveau contenu et recevez gratuitement mon guide Cliquez ici
Hello. Add your message here.