Mon défi vidéo : l’interview bonus de Thibault, futur infopreneur

Retranscription de l’interview


T: Thibault ; C : Carole

C: Bonjour bienvenue sur le blog jaimemonavenir.com, alors aujourd’hui je réalise une interview à distance, je suis avec Thibault, bonjour !

T: Bonjour !

C : Alors Thibault, je te présente brièvement, tu as 24 ans, tu viens de finir ton Master 2 en école de commerce…

T: C’est ça.

C: …en marketing plus précisément, que tu as réalisé en alternance, donc tu m’as expliqué que tu étais en formation au Havre et que tu avais une entreprise à Lyon, donc tu voyages pas mal…

T: On fait un peu de trajet, on connait bien la SNCF…

C: C’est ça ! (rires)

T: Et du coup cette société aide des TPE-PME dans leur communication sur Internet, notamment via différentes solutions qui vont les accompagner, l’idée c’est vraiment de tout simplifier pour qu’une personne qui n’a aucune connaissance en marketing puisse réussir comme les autres, voilà.

C: Oui d’accord, ils proposent des solutions, des pack en fait …

T: Ce n’est pas tout à fait un pack, c’est une interface avec différents modules et donc la personne prend un abonnement sur 1 an, elle est guidée avec différentes actions qui vont lui dire exactement quoi faire pour notamment être bien référencée sur Google et puis derrière il y a différents outils comme des CRM, des choses comme ça, de l’emailing aussi, qui vont leur permettre de…comment dire, de rester en contact en fait avec leurs clients, via les emails qu’ils ont pu capturer via leur site Internet.

C: D’accord, très bien. Donc on va revenir un peu sur tes études. Qu’est-ce qui t’a motivé à faire ces études là ?

T: Alors moi ce qui m’a motivé c’était l’aspect concret, je voulais quelque chose de très concret, j’ai fait une seconde générale, tout ce qui était très très théorique ça ne me plaisait pas trop.

J’ai un exemple d’ailleurs, c’était en seconde, mon prof de maths, on faisait les vecteurs et je lui ai demandé mais à quoi ça sert en fait et le prof m’a dit c’est pour envoyer des choses, des objets dans la lune et je me suis instinctivement dit moi, ce que j’apprends là, le temps que j’apprends pour apprendre des choses, ça va pas me servir concrètement.

Donc je me suis plus dirigé vers un Bac technique Comptabilité et quand je suis arrivé dans la comptabilité, je me suis demandé est-ce que ça me plait vraiment parce que je ne trouvais pas que c’était quelque chose qui me rendait très joyeux donc je me suis demandé si je pars dans l’informatique, est-ce que c’est pas quelque chose qui va me plaire plus mais au final je me suis dit que la comptabilité me fermait moins de portes donc je suis resté dans ce domaine là parce que derrière j’avais toujours cette optique d’être dans le vente, moi je voulais être dans la vente donc je me suis dit la comptabilité va être plus dans mon…ben dans ce parcours il y a une logique qui est plus…enfin il y a plus de logique tout simplement.

Donc derrière j’ai fait un BTS en Négociation Relation Client, je suis vraiment rentré dans la pratique parce que j’ai pu faire un stage dans la vente, mais ça n’allait pas assez loin parce que je gérais pas encore tous les clients, enfin je faisais la prospection mais je ne gérais pas toute la négociation donc ça me manquait un peu donc je suis rentré en école de commerce et lors de ma césure, c’est là où j’ai pu avoir un portefeuille clients, avoir mon secteur et faire mon travail, être comme un salarié alors que j’étais stagiaire mais c’était un travail…j’avais les responsabilités d’un salarié, donc ça a été une expérience très intéressante mais à la fin, j’aimais bien mais pas suffisamment pour le faire tout le temps. Du coup je me suis intéressé au web marketing et puis je me suis redirigé du coup sur ma dernière année dans le webmarketing chez Neocamino, voilà.

C: D’accord donc la comptabilité c’était aussi parce que tu pensais déjà, tout jeune, devenir ton propre patron à un moment donné, devenir entrepreneur et du coup la comptabilité c’est quand-même quelque chose de…une compétence utile !

T: J’avais déjà dans l’idée que d’ici je pense à l’époque une dizaine, une quinzaine d’années je serai entrepreneur, bon au final ça arrive un peu avant du coup… (rires)

C: Oui, on va y revenir…

T: Voilà c’est ça, je vais me lancer là, en septembre, et mon père était chef d’entreprise, il m’a expliqué que c’était quelque chose de très important la comptabilité mais ce qui est important de souligner c’est qu’à aucun moment, on m’a mis le couteau sous la gorge entre guillemets en me disant tu dois faire de la comptabilité. Si j’avais voulu basculer vers l’informatique, ça aurait été accepté dans ma famille. J’ai pris ma propre décision.

C: Tu as eu le choix.

T: Oui, j’ai eu le choix même si forcément toute mon éducation m’a influencé certainement dans ce choix d’aller vers la comptabilité.

C: D’accord. Alors aujourd’hui, tu n’es pas seulement étudiant en fin d’études, tu es aussi blogueur. Tu as un blog qui s’appelle entre2echecs.fr

T: Exactement

C: Et tu viens de m’apprendre que tu vas lancer un nouveau blog qui va s’appeler ?

T: Emploi-start-up.fr

C: Voilà, alors ton expérience du blogging. Pourquoi t’es-tu lancé dans le blogging et pourquoi as-tu créé entre2echecs.fr ?

T: Alors pourquoi le blogging…je suis quelqu’un qui m’intéresse énormément aux…on va dire que je passionné alors quand je suis passionné, je m’intéresse énormément au domaine…alors ça a été beaucoup le développement personnel, donc j’ai beaucoup lu, j’ai beaucoup regardé des vidéos etc. et j’ai eu envie à un moment, donc au bout de 2 ans, de transmettre tout ce que j’avais appris et je cherchais un moyen, tout simplement pour transmettre tout ça.

Je dois avouer que j’ai pensé à la vidéo parce que j’ai des amis qui le font, au début je n’étais pas très chaud pour le faire parce que ça m’intimidait un peu de m’exposer, tu en parlais justement dans l’interview avec Marie, donc je me suis dit au final l’écrit, je m’expose un peu mais pas trop, donc je vais me lancer dans le blogging. En plus de ça, dans mon année en tant que webmarketeur chez Neocamino, je gérais le blog donc c’est quelque chose que je connaissais aussi, il y avait cette zone de confort qui était là et puis je me suis dit je vais me lancer, l’échec c’est une chose dont on ne parle pas assez en France, qui est vraiment très méconnue et moi c’est quelque chose qui me parle beaucoup puisqu’on va dire que je suis quelqu’un à la base de très perfectionniste et pendantt ma jeunesse, j’avais cette envie d’entreprendre mais j’avais trop peur d’échouer, j’avais trop peur de passer à l’action.

Je voulais que ça soit parfait du premier coup et voilà, je voyais des amis qui le 1er mai vendaient du muguet devant la boulangerie, moi ça me fascinait, c’était quelque chose que profondément j’avais envie de faire mais je n’ai jamais passé le cap. Et du coup moi mon premier échec ça a été ça, ça a été pendant des années de ne rien faire. Donc au mois de novembre dernier, je me suis dit j’achète un nom de domaine, comme ça j’ai quelque chose et je me crée un mini engagement envers moi-même et je suis obligé de passer à l’action tout simplement et c’est ce que j’ai fait avec entre2echecs.fr.

Et ensuite emploistartup, je suis en train de le créer, l’idée c’est d’aider les gens qui veulent travailler en startup à avoir des entretiens d’embauche, derrière concrétiser leur entretien d’embauche et puis certainement après à plus long terme les aider une fois qu’ils sont…

C: En poste ?

T: En poste, à les aider à s’épanouir etc., toujours avoir cette approche professionnelle avec du développement personnel parce qu’entre2echecs.fr, je n’ai pas précisé, la cible, ce sont les entrepreneurs.

C: D’accord. Quels sont tes objectifs professionnels aujourd’hui ?

T: Mon objectif professionnel aujourd’hui, c’est de devenir indépendant. Comme je me lance, l’idée c’est vraiment d’avoir une indépendance financière pour pouvoir avoir ce mode de vie là. Et ce mode de vie là c’est…moi j’ai envie d’être libre de mes choix et j’ai envie d’être libre de mes possibilités en fait. Au début j’ai commencé avec le blog entre2echecs.fr mais si là j’ai envie de lancer emploistartup.fr, donc je le lance mais peut-être que demain j’aurai envie de faire quelque chose de complètement différent. J’ai envie de pouvoir faire ça et du coup, c’est aussi un moyen pour moi d’être toujours dans une logique d’apprentissage. J’aime apprendre mais j’aime apprendre les choses qui me passionnent. Et du coup, j’aime aussi m’éclater dans ce que je fais donc mon objectif professionnel, c’est d’être indépendant et du coup pour être indépendant, le moyen c’est d’être entrepreneur aujourd’hui donc c’est pour ça que je me lance.

C: D’accord alors tu te lances dans quoi exactement ?

T: Alors je me lance dans la vente de produits d’information avec des tunnels de vente en fait, on vend des produits, des vidéos et après on génère du trafic soit via Facebook, soit via le blog. L’idée c’est de vendre des produits d’information sur Internet.

C: Sur le thème du webmarketing…

T: Alors du coup c’est sur le thème du développement personnel au niveau professionnel avec entre2echecs.fr donc avec des coachings ou des vidéos et au niveau emploistartup.fr, ce sera de vendre des méthodes pour avoir des entretiens d’embauche et après comment se vendre dans l’entretien etc.

C: D’accord très bien, quel regard tu portes sur ton parcours jusqu’à présent ?

T: Mon regard sur mon parcours, ça a été de m’écouter, sur l’ensemble je me suis écouté et je ne me suis jamais fermé de porte. L’idée ça a été de toujours toujours ne pas se fermer de portes et de s’en ouvrir. Parce que pour moi, ma croyance, c’est que tout est toujours possible et vis à vis de ça…donc mon parcours moi au début il est axé très vente et j’ai fait pour ma dernière année un revirement vers le webmarketing. Et quand je dis que toute est possible c’est parce que mon CV, il n’y avait aucune logique qui m’amenait vers le webmarketing. Sauf que pendant longtemps, je me suis informé sur le sujet et je suis allé chercher ces expériences là puisque j’ai fait une sorte de troc, du troc avec une personne qui est devenue mon ami où lui m’a apporté des connaissances, ça a duré deux mois donc chaque semaine, il me donnait des choses à lire et en contrepartie, je lui faisais des tâches qui étaient un peu répétitives pour lui et comme ça il y avait cet…

C: Cet échange…

T: Oui cet échange positif et qui moi m’a permis d’avoir une expérience à valoriser et derrière pouvoir évoluer avec mes envies tout simplement.

C: Donc lui il faut préciser qu’il est web marketeur…

T: Exactement.

C: Donc il t’a formé, on peut dire ça, tu t’es formé aussi tout seul…

T: Il m’a guidé dans mon apprentissage. Chaque semaine il me disait ok il y a telle thématique, regarde tel article, telle vidéo etc. Il m’a vraiment accompagné dans ce processus d’apprentissage tout simplement.

C: Et toi tu faisais des choses pour lui en échange, oui c’est un échange de services, un échange de bons procédés qui t’a permis d’apprendre des choses dans ce domaine.

T: Tout à fait et de les valoriser derrière dans mon CV puisque quand je suis arrivé en entretien d’embauche pour mon alternance, j’avais déjà une expérience dans le domaine du webmarketing donc ça attirait l’oeil et ça montrait ma motivation à aller dans cette voie là tout simplement.

C: Surtout, oui, c’était surtout un signe de motivation et ça, évidemment, les entreprises y sont sensibles…D’accord. Alors quel message tu aimerais faire passer aux jeunes qui nous regardent ou qui nous écoutent est qui éventuellement cherchent leur voie aujourd’hui ?

T: Alors moi je leur donnerai un conseil assez simple, c’est de partir dans un premier temps de ce qu’on aime, de choisir, de faire une liste des activités qu’on aime. Et puis derrière, c’est d’aller tester en fait. D’aller se confronter à la réalité. Parce que par exemple moi, j’avais envie d’être commercial, donc j’ai fait mon petit bonhomme de chemin pour être commercial et quand j’ai vu ce qu’était le métier de commercial, je me suis dit bon ça me plait mais pas suffisamment pour faire ça H24.

J’ai eu d’autres envies, donc je suis allé chercher d’autres expériences, je me suis fait ces expériences là et à la fin je me suis dit bon ben finalement en fait, ce n’est pas quelque chose qui me convient à 100% non plus mais l’avantage en fait c’est que je pouvais peser chaque expérience. Par exemple, commercial, je savais quels étaient les avantages et quels étaient les inconvénients. En tant que web marketeur, c’était exactement pareil.

Et derrière on a plus de billes pour savoir ce qui nous plait vraiment parce qu’on va forcément faire des concessions à un moment donné, dans tous les métiers on fait des concessions mais qu’est-ce qui est vraiment plus important pour nous à un moment donné et du coup on peut comparer ces expériences là. Donc c’est important d’aller tester et de se confronter à la réalité. Donc moi je dirais faites cette liste, choisissez et puis derrière foncez, que ce soit en faisant des veilles métiers, en appelant des gens qui font ce métier là ou que ce soit en faisant 2 , 3 heures par semaine en tant que bénévole dans une entreprise, en observateur ou en faisant des stages, parce que maintenant dans les cursus, il y a moyen de faire pas mal de stages mais l’idée c’est d’aller se confronter à la réalité et d’avoir des échecs tout simplement, peut-être voir que certains métiers ne nous conviennent pas à un moment donné parce que peut-être qu’aujourd’hui ça ne nous convient pas mais que dans 3 ans, c’est un métier qui correspondra à nos attentes tout simplement.

Et de s’écouter aussi, il faut s’écouter. Si j’ai envie de faire tel métier, tout donner pour atteindre ce métier là. Moi je sais que ta thématique c’est l’approche des parents sur l’orientation, moi je sais que j’ai eu de la chance parce que mes parents m’ont toujours écouté. Ils ont toujours accepté mes choix et c’est quelque chose qui a été important parce que je me suis senti libre de faire ce que j’avais envie en fait, voilà.

C: Tout à fait. C’est vrai qu’il y a des opportunités, alors ça peut être effectivement des stages, de mener sa petite enquête métier, d’aller rencontrer des gens, de faire aussi du bénévolat effectivement ou un service civique aussi.

T: Oui carrément, il y a plein de choses en fait, il n’y a aucune porte qui se ferme, c’est se dire je ne me ferme pas de porte mais ce qu’il faut quand-même savoir c’est que l’on peut en ouvrir plein. Donc il suffit juste d’avoir de la volonté…

C: Et de l’information !

T: Et de l’information aussi c’est vrai, c’est important.

C: Oui l’information c’est important parce que quand tu ne sais pas que quelque chose existe…

T: Exactement et du coup, je pense à ça, la curiosité d’aller chercher les informations…

C: Absolument, voilà.

T: Parce que les informations ne vont pas venir toutes seules non plus

C: C’est ça.

T: Et pour bien comprendre une thématique, un sujet, il faut vraiment le creuser à fond et s’y intéresser. Et c’est pour ça quand je disais partir de ce qu’on aime, c’est pas simplement pour faire beau, oui il faut faire ce qu’on aime etc.etc., c’est parce que derrière, si on s’intéresse à une thématique qu’on aime vraiment, on va avoir de la motivation pour creuser toujours même quand c’est difficile en fait, même quand on sent qu’on n’avance pas, on va tellement aimer qu’on va toujours être là dans une optique de j’en veux plus, je vais chercher. Et quand on va stagner on va se dire qu’est-ce que je peux faire de plus pour apprendre encore plus. Et moi c’est ce qui s’est passé dans mes expériences, je suis arrivé à un moment où j’avais beaucoup emmagasiné, instinctivement j’avais juste envie de le partager aux autres. Donc derrière je me suis renseigné sur différents moyens et le blogging est arrivé et c’est ce que j’ai réalisé pour transmettre. Et après il y aura peut-être d’autres moyens qui vont exister, aujourd’hui c’est la vidéo donc moi je vais me mettre à la vidéo mais peut-être que dans 5 ans, il y aura un autre moyen et il faudra s’adapter tout simplement.

C: Oui tout à fait. Donc je retiens le message principal, c’est qu’il faut expérimenter le plus possible, il faut tester, aller dans le concret, il faut être acteur aussi à un moment donné.

T: Exactement, il faut être acteur de ce qu’on a envie tout simplement. Ca résume bien mon parcours.

C: Je te remercie infiniment Thibault pour cet entretien.

T: Ben merci à toi

C: Et puis je te souhaite une bonne continuation et une bonne entrée magistrale dans la vie active !

T: Merci, à toi aussi une bonne continuation !

C: A bientôt, ciao !

T: A bientôt


Infos + : 

BTS Négociation et Relation Client

L’année de césure

3 comments / Add your comment below

  1. Très intéressant ! Une question me vient quand même à l’esprit : quid du financement ? Se chercher demande du temps et le temps est de l’argent. Faut-il avoir ses parents derrière ou existent-ils concrètement des moyens pour arriver à vivre des expériences d’apprentissages et en assumer le coût ? Peut-être cela intéresserait-il des candidats car si la bonne information est primordiale, la question du financement l’est encore plus, non ?

Laisser un commentaire

Soyez prévenu(e) dès que je publie un nouveau contenu et recevez gratuitement mon guide Cliquez ici
Hello. Add your message here.