Instruction en famille : la question des examens

Instruction en famille et examens
Crédit photo : janeb13

Il y a peu de temps, une maman pratiquant l’IEF (l’instruction en famille) avec sa fille de 11 ans qui suit actuellement le programme de 6ème, m’a demandé si j’avais déjà traité sur mon blog de l’orientation pour les familles pratiquant l’IEF. Ce qui n’était pas le cas. Je comble donc ce manque dès aujourd’hui au travers de ce premier article, que je consacre à la question des examens pour les familles ayant choisi ce mode d’instruction, après avoir rappelé brièvement en quoi elle consiste pour satisfaire la curiosité de l’ensemble de mes lecteurs.

Un second article à paraître bientôt traitera de l’accompagnement que les familles peuvent apporter à leurs enfants pour une orientation réussie, qu’elles aient choisi l’instruction en famille ou non.

Qu’il me soit permis auparavant de dire à toutes ces familles ayant fait le choix de l’IEF le respect que j’en ai car je suis pour la liberté d’instruction, qui reste relative en France et régulièrement menacée. Je sais en outre les préjugés ou les jugements à l’emporte pièce auxquels elles doivent faire face et qui ne sont bien souvent fondés sur aucun fait objectif. Pour moi, d’un côté comme de l’autre, l’important est qu’il n’y ait aucun sectarisme !

Qu’est-ce que l’instruction en famille ?

Beaucoup de nos concitoyens ignorent encore que l’école n’est pas obligatoire, mais qu’en revanche, l’instruction l’est, comme le rappelle cette circulaire du 26-12-2011 :

« Le principe de l’obligation d’instruction, posé dès 1882, exige aujourd’hui que tous les enfants âgés de six à seize ans, présents sur le territoire national, bénéficient d’une instruction, qui peut être suivie, selon le choix des personnes responsables, soit dans un établissement scolaire public, soit dans un établissement scolaire privé, soit dans la famille. »

Il est rappelé également les acquis que les enfants doivent avoir à l’issue de la période d’instruction obligatoire, à savoir « l’ensemble des connaissances et compétences du socle commun. »

Si les familles ont donc la liberté de choisir quelle sera la progression, l’organisation et la pédagogie employées, elles doivent se conformer aux attendus en termes d’acquisitions fixées par l’Education Nationale. C’est ainsi qu’elles sont contrôlées régulièrement par des inspecteurs d’académie, qui valident la progression retenue et à l’issue de la période d’instruction obligatoire, les acquisitions.

Les familles sont libres de recourir à l’enseignement à distance ou non, auprès d’organismes privés ou publics comme le CNED.

Le choix est laissé au niveau du CNED entre une inscription libre et une inscription réglementée (sous conditions pour cette dernière toutefois). En même temps, cette dernière est assimilée à une scolarisation. Cette distinction a des incidences sur le passage de certains examens, comme nous allons le voir dans la section suivante.

Pour quelles raisons l’instruction en famille est-elle pratiquée ?

Les raisons en sont multiples :

– handicap, maladie ou soins à prodiguer ne permettant pas une scolarisation classique

– pratique d’une activité sportive ou artistique non conciliable avec une scolarité classique

– mode de vie des parents : parents itinérants ou qui voyagent beaucoup

– éloignement géographique important d’un établissement scolaire

– par conviction personnelle

– phobie scolaire…

Quelques personnalités, historiques ou actuelles n’ayant pas été scolarisées ou très peu :

–  Thomas Edison, inventeur, scientifique
Victor Hugo : auteur, homme politique et poète français (à ce sujet, je vous renvoie à ce poème magnifique et méconnu qu’il a écrit )
Agatha Christie, auteure de romans policiers
Jean d’Ormesson, écrivain et journaliste
Maud Fontenoy, navigatrice, animatrice et femme politique française
Taïg Khris, sportif de haut niveau et entrepreneur
André Stern, auteur, conférencier, journaliste, musicien, luthier

La question des examens en cas d’IEF

En cas de rescolarisation

A un moment donné du parcours de votre enfant, il peut y avoir rescolarisation et si tel est le cas, la question des examens est réglée. Certaines familles font effectivement ce choix pour des raisons diverses et variées : soit parce que leur enfant en fait la demande, soit parce que leur contexte de vie ne leur permet plus ou ne les oblige plus à pratiquer l’instruction en famille. Tout dépend des raisons qui ont motivé leur choix au départ et de l’évolution de l’enfant lui-même.

Conditions de la rescolarisation

Il faut savoir que si votre enfant suit les cours réglementés du CNED, il est considéré comme scolarisé et dans ce cas, son admission dans un établissement scolaire sera effectuée dans les mêmes conditions que les élèves issus d’un établissement public ou privé sous contrat.

S’il veut entrer au lycée après avoir suivi le programme de 3ème avec le CNED réglementé, son affectation dans un lycée public sera également faite via l’application AFFELNET.

Il en est de même pour APB (Admission post-bac) qui est la porte d’entrée obligatoire pour l’accès à une grande partie des filières d’études post-bac.

S’il n’est pas dans ce cas de figure (inscription libre au CNED, cours par correspondance privé, pas de cours par correspondance), il devra, s’il souhaite être rescolarisé, que ce soit au collège ou au lycée, passer un examen d’entrée (test de vérification de connaissances) . Il faudra donc vous renseigner auprès de votre académie (dates, modalités, contenu etc.)

A noter : APB est ouvert à tous les candidats individuels.

Quelques petites choses à savoir sur les études supérieures :

Certains cursus sont apparemment très fermés aux candidats issus de l’IEF, c’est le cas notamment de certaines prépas.

On peut aujourd’hui faire des études supérieures jusque bac + 8 à distance. On peut aussi envisager d’étudier à l’Etranger où les candidats issus du unschooling sont parfois mieux considérés qu’en France (par exemple aux EU).

Si votre enfant ne réintègre pas un établissement scolaire

A ce moment là, il peut passer un certain nombre d’examens en candidat libre (ou candidat individuel). Vous trouverez ici la liste des diplômes éligibles mais attention, il faut bien étudier les conditions requises pour pouvoir passer tel ou tel diplôme.

Par exemple, si votre enfant veut passer un BTS, les conditions suivantes sont nécessaires :

  • avoir suivi une formation ou avoir effectué 3 années d’activités professionnelles dans un emploi de niveau technicien et dans un domaine d’activités en rapport avec la spécialité du BTS choisi.
  • avoir suivi les stages en milieu professionnel requis

Autre exemple : si votre enfant veut passer un CAP, il y a des conditions d’âge (18 ans).

En revanche, une inscription règlementée au CNED (et non libre donc) lui octroie le droit de passer tous ces examens puisqu’il a bien suivi une formation et a été amené, le cas échéant, à faire des stages. Mais attention, l’inscription à ces examens n’est pas faite automatiquement par le CNED, c’est à lui de faire la démarche auprès de votre académie.

Le BNC (Brevet National des Collèges) et le BAC sont sans conditions. En revanche, les épreuves du BNC 2017 sont légèrement différentes selon que l’on est un candidat scolaire ou un candidat libre. Plus d’infos ici.

Rappel : le passage du BNC n’est pas obligatoire, même pour un enfant scolarisé en 3ème et n’est pas nécessaire pour intégrer un lycée.

Dans tous les cas, vous pouvez vous renseigner sur l’accessibilité aux diplômes de votre enfant et sur le contenu des épreuves qui l’attendent auprès des services compétents de votre académie.

Pour la suite, et peut-être l’essentiel…

Voici brossé un état des lieux général de la question des examens lorsque l’on est en IEF. Si vous souhaitez ajouter des choses, témoigner, les commentaires sont là pour ça !

Je vous donne RDV pour le second volet qui est, si ce n’est plus important que celui-ci, plus décisif à mon sens. Car avant de réfléchir à la question des examens et de la pertinence ou non de les passer, il convient de réfléchir à ce qu’est l’orientation (la question du quoi et du pour quoi) et à la façon dont on peut s’orienter (la question du comment). Mystère…jusqu’au prochain article ! 😉

Pour être tenu informé(e) de mes prochaines publications, cliquez ici. Vous recevrez en plus mon guide gratuit en cadeau de bienvenue ! A très vite! 🙂

 

Laisser un commentaire

Soyez prévenu(e) dès que je publie un nouveau contenu et recevez gratuitement mon guide Cliquez ici
Hello. Add your message here.