Mon défi vidéo : interview d’Emma, 15 ans, apprentie peintre

Retranscription de l’interview

C: Carole ; E: Emma


C: Bonjour c’est Carole du blog jaimemonavenir.com, et aujourd’hui je vous fait une courte vidéo pour vous présenter une jeune fille que j’ai eu la chance d’interviewer il y a de cela une dizaine de jours au bois de Vincennes dans le cadre de de mon défi vidéo du mois de juillet 2017.

Elle s’appelle Emma, et Emma en fait je l’ai rencontrée il y a à peu près 1,5 an de cela alors que j’étais encore développeur de l’apprentissage dans un CFA (centre de formation d’apprentis) et en fait Emma, lorsqu’elle s’est présentée à moi, elle n’avait que 14 ans, elle était alors en 4ème et elle souhaitait candidater, entrer au CFA pour préparer un diplôme, apprendre le métier de peintre en bâtiment, voire poursuivre des études supérieures par la suite, en tous cas apprendre dans un premier temps le métier de peintre en bâtiment via l’ apprentissage, elle souhaitait travailler, être en alternance et elle était très déterminée.

Et je trouvais que son parcours parce qu’elle a vraiment un profil atypique par rapport aux jeunes que j’avais l’habitude de recevoir et qui candidataient au CFA pour devenir peintres en bâtiment parce que déjà c’est une fille, évidemment il y a peu de filles dans ce milieu là encore aujourd’hui, elle était toute jeune, toute mignonne, vous allez voir et très déterminée, voilà. Et donc je trouvais que son parcours était intéressant, j’avais envie de le partager avec vous, donc je l’ai rappelée et j’ai eu un contact avec elle et sa maman qui ont tout de suite dit oui pour une interview et je les en remercie ! Et donc je vous laisse écouter, elle nous parle de son parcours et de ses projets. 

*****

C : Bonjour Emma, contente de te retrouver ! 

E: Bonjour,

C: Alors on va parler un peu de ta situation actuelle, là tu viens de terminer ta première année de CAP Peinture en apprentissage, donc tu es dans un CFA (centre de formation d’apprentis) et tu vas donc passer en seconde année de CAP.

C: C’est ça !

C: Qu’est-ce qui a motivé ton choix d’entrer dans la voie professionnelle ?

E: Déjà je n’ai jamais aimé l’école, j’ai toujours voulu travailler, on m’a proposé d’aller en général ou bien dans un CAP professionnel mais sans alternance, j’ai refusé parce que moi je voulais absolument travailler et arrêter l’école, donc j’ai trouvé ce CFA, qui faisait en alternance…

C: D’accord, donc tu as préféré préparer ton CAP peinture en apprentissage, dans un CFA plutôt que de le faire dans un lycée professionnel, pour éviter d’avoir trop de cours…

E: Oui, voilà…

C: Qu’est-ce qui a motivé ton choix de te diriger, de te former aux métiers de la peinture et de la finition ?

E: Parce que déjà j’ai refait ma chambre en tout premier, après j’avais fait un stage, une sorte de stage avec mon tonton, il est peintre en bâtiment donc j’étais allée sur des chantiers pour voir et après avec l’école j’ai eu l’opportunité de faire une passerelle d’une semaine mais je n’ai fait que 3 jours parce qu’à l’époque, je n’avais que 13 ans et ça permettait de voie un tout petit peu le métier en CFA…

C: Donc tu t’es dit pourquoi pas cette voie là, ça devrait me correspondre ?

E: Oui

C: Très bien, quand tu es entrée au CFA, est-ce que tu avais un projet d’études en tête déjà ?

E:Oui donc je voulais faire mon CAP en 2 ans, mon Bac pro en 2 ans, ensuite la mention complémentaire en 1 an et après je peux me diriger vers un BTS ou après je peux faire un CAP solier moquettiste en 1 an, parce que j’aurais déjà mon CAP.

C: Et là aujourd’hui, tu penses faire quoi ?

E: Mon BP, la mention complémentaire, donc tout ce qui est trompe-l’oeil et après peut-être un BTS si je me sens capable ou bien, là après ce sera après ma mention complémentaire de faire le CAP solier moquettiste en 1 an.

C: Donc je résume, terminer ton CAP, faire un BP peinture finition (donc c’est un Brevet professionnel peinture finition en 2 ans), ensuite une mention décor, parce que ça t’attire beaucoup la peinture décorative ?

E: Oui, tout ce qui est trompe l’oeil, la mention décor, oui.

C:Trompe l’oeil, tout ce qui est faux marbre, faux bois etc. je mettrai des informations en bas de l’article sur toutes ces formations bien évidemment; donc une mention décor pour quel projet professionnel, pour devenir peintre en décor peut-être ?

E: Oui, me spécialiser si je peux en peinture décorative…

C: Qu’est-ce qui t’attire en fait dans ce métier de peintre en décor ?

E: Tout ce qui est la minutieux…(elle fronce les sourcils)

C: La minutie, le fait d’être minutieux…

E: Faire croire aux personnes des choses fausses…

C: Oui là, tu parles du trompe l’oeil

E: Oui

C: D’accord, quelle élève tu étais en 3ème ?

E: Un peu tête en l’air, je n’écoutais pas beaucoup, je séchais les cours, j’y allais plus souvent pour voir mes amies…

C: Oui, tu n’aimais pas l’école donc…mais par contre, je crois savoir que tu n’avais pas de mauvais résultats ?

E: Non

C: C’est-à-dire que tu étais une élève moyenne on va dire…

E: Oui, j’avais 12 de moyenne…

C: 12 de moyenne générale, donc tu ne t’es pas dirigée vers la voie professionnelle, tu n’as pas été orientée vers la voie professionnelle parce que tu avais de mauvais résultats à l’école…

E: Non

C: Parce que ça c’est quelque chose qui arrive, qu’on oriente des élèves qui sont fâchés avec l’école, qui ont de mauvais résultats, dans la voie professionnelle mais toi, c’était vraiment un choix de ta part, c’est important de le souligner…

C: Le collège me l’avait même déconseillé d’aller dans la voie professionnelle en alternance…

C: Ah bon ?

A:Ils ne voulaient pas du tout que j’y aille, ils voulaient que j’aille soit en général ou bien dans mon lycée de secteur avec le CAP mais pas en alternance…

C: Oui

E: Ils ne m’ont pas suivi dans mes choix…

C: Quel rôle a joué ton entourage dans tes choix d’orientation jusqu’à présent (quand je te parle d’entourage c’est déjà tes parents évidemment en premier lieu, tes amis, est professeurs etc.) ?

E: Ben mes parents ils m’ont toujours soutenue parce qu’ils savaient que je n’aimais pas l’école donc pour eux, si je pouvais faire un truc qui me plaisait, c’était très bien mais j’ai eu certaines de mes amies, qui elles, ne sont pas du tout aptes à travailler donc elles ne comprenaient pas trop ces choix, elles elles voulaient surtout aller en général pour continuer les cours, elles trouvaient ça étrange, enfin pas étrange mais original on va dire…et les professeurs il y en avait certains qui me soutenaient et d’autres qui disaient que je n’allais pas y arriver, que ça ne servait à rien…

C: Et dans les réactions qu’ont eues les gens autour de toi, est-ce qu’il y a eu aussi des réactions par rapport au fait que tu allais t’engager dans un univers qui est quand-même plutôt masculin, c’est-à-dire qu’il y a à peu près 10% de filles dans le bâtiment et dans les métiers de la peinture, et même au CFA je crois ?

E: Au CFA, on m’avait dit qu’il y’ avait 30% de filles…

C: Ca dépend peut-être des années en fait…Et donc par rapport à ce fait là, est-ce que tu as eu des remarques, des commentaires, tu as été découragée par rapport à ça ?

E: On m’avait dit que c’était un boulot très physique, après on m’a dit que forcément j’allais être avec beaucoup de gars mais sinon…

C: Toi tu n’as pas eu d’appréhensions par rapport à ça ? 

E: Non parce que je savais ce que j’allais faire, je savais très bien que je serais avec plus de garçons, voilà, qu’il y’a aurait moins de filles, je savais déjà que…

C: D’accord, donc c’est toi qui a fait la démarche auprès du CFA pour postuler, c’est important de le souligner, il faut faire la démarche, postuler auprès du CFA. Donc à tes 13 ans, tu étais alors en 4ème, tu as fait un mini-stage de découverte des métiers de la peinture et de la finition au CFA, un mini-stage de 3 jours et puis l’année suivante, lorsque tu étais en 3ème générale, tu es revenue postuler au CFA pour donc préparer un CAP à la rentrée suivante et là, comment s’est passé le recrutement ?

E: Alors déjà j’avais visité l’école, après on m’avait fait le test de positionnement, après comme j’ai été recrutée, on m’a fait passer un job dating pour rencontrer des employeurs, on en avait rencontré 4 ou 5, en fonction de ce que l’on voulait faire comme diplôme, j’en avais rencontré 2, il y en a un qui m’a rappelé mais finalement qui ne m’a pas…

C: Oui ça ne s’est pas fait avec cet employeur…donc un test de positionnement écrit pour voir ton niveau plutôt scolaire et puis ensuite tu as été recrutée, acceptée au CFA et ensuite il fallait trouver l’entreprise. Donc ce job dating, c’est quelque chose qui est mis en place par le CFA, qui fait venir des entreprises partenaires et qui présente à ces entreprises qui souhaitent donc prendre un apprenti, des jeunes candidats à l’apprentissage. Est-ce que c’est comme ça que tu as trouvé ton entreprise, enfin, est-ce que ça a été dur pour toi de trouver une entreprise ?

E: Ben moi ce sont plus mes parents qui ont cherché pour moi, donc mon père m’a dit qu’il y avait beaucoup d’artisans qui ne voulaient pas de jeunes apprentis parce que c’était une perte de temps et une perte d’argent, qu’ils n’avaient pas le temps…

C: De former…

E: Voilà, et du coup il s’est renseigné sur la BIEP et c’est là qu’il a trouvé mon entreprise…

C: Alors la BIEP, c’est la bourse aux emplois publics hein ? (elle acquiesce). Et donc tu as trouvé quel type d’entreprise en fait ?

E: Le Louvre qui m’a contacté, ils voulaient bien me prendre mais comme j’étais trop jeune et que je n’avais pas encore mon CAP et là je suis actuellement au ministère de l’Intérieur.

C: Au ministère de l’Intérieur, d’accord. Alors justement, comment s’est passée cette première année de CAP, que ce soit au CFA ou en entreprise ?

E: Très bien. Comme au début, je n’avais pas beaucoup d’expérience, on ne me confiait pas grand-chose mais là, j’ai une superbe collègue, du coup elle m’apprend tout, donc ça se passe de mieux en mieux.

C: Oui et tu ne regrettes pas ton choix d’être entrée au CFA, d’être entrée sur cette formation là en peinture ?

E: Pas du tout, je ne pourrais plus retourner en général, reprendre les cours, je ne pourrais pas.

C: Et le métier, enfin, ça te plait ce que tu fais au quotidien ?

E: En fait, moi je suis plus dans le public comme vous l’avez dit donc je ne fais pas vraiment des chantiers mais pour l’instant, oui ce que je fais, j’aime bien. Je fais un peu de tout et pas forcément que de la peinture.

C: D’accord et le reste de cours qui subsistent au CFA, ça va, ça se passe bien ?

E: Oui, ce n’est qu’une semaine sur deux, en BP ce sera deux semaines deux semaines mais pour l’instant, c’est très bien.

C: Ce rythme te convient ?

E: Oui, après je suis bien contente quand je retourne à mon Ministère…

C: D’accord, et au niveau intégration, donc si je comprends bien, au ministère, tu es tout à fait intégrée et l’intégration en classe, au niveau des cours etc., ça se passe bien aussi ?

E: En classe ça m’a surprise parce que je suis la plus jeune avec un autre de 15 ans, sinon on est plus dans les 18, 19 ans mais sinon après comme on est tous petits d’âge, les gens sont plus matures et on s’est tous bien intégrés et tout le monde s’entend bien.

C: D’accord, super ! Quand tu penses à ton avenir, qu’est-ce que ça t’évoque spontanément ?

E: …

C: Est-ce que tu es plutôt optimiste, est-ce que ça t’angoisse…?

E: Ah oui ben je vais faire ma mention décor, si je peux la faire, j’irai jusqu’au bout pour l’avoir.

C: D’accord, tu es déterminée ?

E: Oui voilà !

C: Le métier idéal pour toi ?

E: Ce serait peintre décorateur

C: Peintre décorateur, en tous cas par rapport aux représentations que tu en as aujourd’hui…

E: Voilà…

C: Est-ce que tu en as rencontré, alors je pense qu’au ministère de l’Intérieur, je ne pense pas qu’il y en ait ?

E: non pas beaucoup mais à l’école il y a justement le prof, qui est formé pour ça mais sinon après ça non…

C: Est-ce que pourrait te plaire d’en rencontrer à l’extérieur, soit en tant que salariés, soit en tant qu’indépendants ?

E: Pourquoi pas, c’est toujours mieux de…

C: Qu’ils t’expliquent un petit peu ce qu’ils font, leur quotidien…

E: Voilà, du coup on m’a dit qu’en BP, j’aurais l’opportunité de faire des stages aussi donc j’en ferai sûrement.

C: Bien-sûr, enfin des stages c’est-à-dire que de toute façon tu seras obligée si tu continues en CFA de trouver une entreprise…

E: Si je continue en BP et que j’ai mon entreprise, je pourrai faire des stages pendant que je suis en entreprise en fait, qui sont de moi-même, qui sont à Paris on m’a dit donc après ce sera des stages de moi-même en fait.

C: BP, tu pourrais continuer au ministère de l’Intérieur, tu en as déjà discuté avec eux ?

E: Oui on en a discuté mais non, ça n’a pas d’avantages pour moi.

C: Oui, ils prennent plutôt des CAP…

E: On en fait pas beaucoup de décor, ben ils prennent un peu de tout, là ma collègue elle est en BP mais c’est juste que si on veut aller en décor, comme on n’en fait pas beaucoup c’est pas…

C: Oui donc il faudra changer d’entreprise, trouver une nouvelle entreprise pour le BP…

E: Oui ben justement là, à la fin de mon année là, j’essaierai de recontacter le Louvre pour voir s’ils me prennent .

C: Très bien, eh bien écoute Emma, merci pour cette interview très intéressante et je te souhaite une bonne continuation au CFA et dans ton parcours professionnel ! 

E: Merci

C: Merci 

INFOS + : 

Le CAP Peintre Applicateur de Revêtements

Le CAP Solier- Moquettiste

Le BP Peinture Revêtements

La Mention Complémentaire Décoration

Le Bac pro Aménagement et Finition du Bâtiment

Le BTS Aménagement et Finition du Bâtiment

Le métier de peintre en décors

La Bourse Interministérielle de l’Emploi Public

Se former en apprentissage

Vous avez aimé cette interview ? Partagez, likez, commentez ! 😉

Laisser un commentaire

Soyez prévenu(e) dès que je publie un nouveau contenu et recevez gratuitement mon guide Cliquez ici
Hello. Add your message here.