J’AI MAL A MON APPRENTISSAGE

  • Pfff ! Il a un poil dans la main, un point c’est tout !
  • Non, c’est un peu court de dire ça, quand il est motivé il se donne…
  • Ben le problème c’est que rien ne le motive justement, et surtout pas le travail !
  • Tu es dur, il essaie mais il faut dire que ce qu’on lui donne à faire dans sa boîte, c’est pas très intéressant…
  • Pauvre chéri ! Arrête de le défendre systématiquement, c’est vrai, tu lui trouves toujours des excuses, la vérité c’est qu’il n’est jamais content et qu’il est fainéant, c’est malheureux mais c’est comme ça !

J’ai tout entendu. Ca me saoule. Mon père ne comprend rien. Il n’essaie même pas en fait. Il n’écoute pas, il préfère rester avec ses idées toutes faites sur moi. J’ai l’impression que comme il a encaissé toute sa vie, il faudrait que je fasse pareil. Sauf que moi, c’est pas dans ma nature de subir. 

Je suis en 2ème année de BTS Aménagement et finition du bâtiment, en apprentissage. Quand j’ai postulé au CFA, on m’a dit que j’allais avoir de plus en plus de responsabilités au fur et à mesure du temps dans ma boîte. Et qu’avec ce BTS en poche, je pourrai viser un poste d’assistant conducteur de travaux ou chef de chantier. Sauf que ça, c’est du flanc, je fais en 2ème année exactement la même chose qu’en 1ère année. C’est à dire 80% de travaux d’aménagement et 20% de commercial et organisation de chantiers. En gros, ça diffère à peine de ce que j’ai connu en BAC PRO Aménagement et finition. J’aurais dû m’arrêter là du coup !

J’ai essayé d’en parler avec mon maitre d’apprentissage qui est le patron mais il est borné lui aussi! Il me dit toujours qu’il n’a pas le temps de me montrer…En fait, ça l’arrange bien de me laisser sur le terrain, à faire de la peinture, du placo ou à poser des sols. 

Ca fait des mois que ça dure et du coup, comme je ne suis plus motivé parce que je n’apprends pas grand-chose de nouveau, j’ai du mal à me lever le matin. J’arrive souvent en retard, du coup je risque de me faire virer. En tous cas, il a menacé clairement de me virer si je ne me ressaisissais pas. Il n’arrête pas de dire que je ne suis pas assez motivé. Oui c’est clair mais ça l’arrange de penser que ça vient de moi plutôt que de se remettre en question. Mon formateur principal lui a parlé mais ça n’a rien changé. En fait il s’en fout.

C’est trop tard aussi pour changer de boîte, il reste 4 mois avant la fin des cours…du coup, il faudrait que je prenne mon mal en patience jusqu’au diplôme et après ciao !

C’est ce que mon formateur me dit, c’est ce que ma mère me dit mais moi je n’y arrive pas. Parce qu’en plus, quand je sortirai avec mon diplôme en poche, j’aurai appris que dalle et du coup, j’aurai du mal à trouver le poste que je veux. Le poste qu’on m’a vendu et le poste auquel je devrais pouvoir prétendre si j’étais bien formé !

Ce qui me révolte c’est qu’en plus, j’ai plutôt de bons résultats en cours. Si je comprenais rien, si j’étais nul, je comprendrais qu’on ne me confie pas de dossiers techniques par exemple mais là, ce n’est pas le cas, je suis tout à fait capable ! Il y en a dans ma classe qui sont à la ramasse et qui ont plus de responsabilités en entreprise, ce n’est pas juste !

J’ai vraiment l’impression d’être exploité en fait. Et mon père qui ne me soutient même pas ! 

Je sais. Dès demain, j’irai voir la directrice du CFA et je lui demanderai d’intervenir auprès de mon patron. Peut-être qu’elle aura plus de poids et qu’elle ne se couchera pas devant lui !

Réagissez à cette histoire ! Vous vous reconnaissez ? Témoignez ! 🙂

QUAND DES JEUNES SE FORMENT A L’ENTREPRENARIAT

Quand les jeunes se forment à l'entreprenariat
Crédit photo : StartupStockPhotos

Dans un article consacré à l’orientation post-bac , je mentionnais un diplôme peu connu, le D.U ou Diplôme Universitaire.

Actuellement, j’accompagne quelques jeunes inscrits sur un D.U Entrepreneur TPE (Très Petite Entreprise). Celui-ci existe depuis 15 ans mais ce n’est qu’à partir de janvier 2019 qu’il sera proposé en apprentissage par le CFA Descartes de Marne-la-Vallée et l’UPEM (l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée), dans le 77. Pour en savoir plus sur ce diplôme, cliquez ici. 

L’occasion pour moi de vous rappeler l’existence de ces diplômes propres à chaque université mais aussi de vous présenter les profils des jeunes que j’accompagne dans leur recherche d’alternance. Une mise en valeur supplémentaire pour ces jeunes ! Cliquez sur leur prénom pour voir leur profil LinkedIn ! 

Karine

Omar

Irma 

Marie 

Yannick 

Vous êtes intéressé(e) par l’un d’entre eux ou avez des contacts dans votre réseau qui pourraient l’être ? Contactez-les directement ou contactez-moi par mail, téléphone ou via le formulaire de contact !

 

 

La rue perdue

J’habite dans une impasse. J’y suis même née, ma mère ayant fait le choix d’accoucher à la maison. Impasse du bureau.  La vie s’est chargée de me donner une première leçon voyez-vous. Le bureau, ça n’est pas fait pour toi. Quand tu devras choisir un métier, fuis les boulots dans lesquels tu passes des heures derrière un bureau ! En revanche, ce que je n’avais pas compris jusqu’à aujourd’hui, c’est que la vie m’a prédestinée à l’impasse. Tu es né dans une impasse, tu demeureras dans une impasse, tu es une impasse à toi seule !  Read More

Je suis Re-Né – histoire d’un étudiant en médecine

Histoire d'orientation
Crédit photo : GDJ

Je suis né plusieurs fois. Ce n’est pas que je croie à la réincarnation, non mais n’empêche. Du haut de mes 21 ans, j’ai la sensation d’avoir vécu plusieurs vies. Vous n’avez jamais éprouvé ce sentiment vous ? Vous devez me prendre pour un fou mais laissez-moi vous expliquer. Quand j’étais petit, j’avais un rêve, c’était de devenir vétérinaire. Assez banal me direz-vous…oui, je vous l’accorde !

Je vivais à la campagne et je passais mon temps avec des animaux : des poules, des cochons, des chiens, des chats, des oies, des vaches… et je me disais qu’ils étaient de bien meilleure compagnie que les Hommes…Bah oui, à la maison, c’était pas ça les rapports entre mes parents…ils ne s’entendaient pas. Pas un jour sans dispute, sans cris, sans larmes même parfois (enfin, pour ma mère). A l’école, c’était pareil. Entre les enfants, entre les enfants et le maître…Je vous épargne les repas de famille du dimanche avec la grand-mère qui égarait constamment son dentier, ce qui avait le don d’agacer mon père, mon oncle qui picolait un peu beaucoup et mes cousines qui étaient de vraies pestes…Alors je m’éloignais dès que je le pouvais, j’étais plutôt solitaire.

Certains aiment la compagnie des livres dans ces cas là. Moi j’aimais être avec les animaux. Je me disais qu’ils ne trichaient pas eux. Pas comme les adultes. Ils sont vrais les animaux. Alors je me disais que toute ma vie, je voulais la passer en leur compagnie, les protéger, les soigner, parce qu’ils en valaient la peine, eux, contrairement aux Hommes. J’ai grandi avec ce sentiment fortement ancré en moi.

J’ai tout fait pour avoir de bons résultats en sciences et en maths parce que je savais que c’était important si je voulais faire des études de vétérinaire. J’avais discuté avec un vétérinaire installé dans la petite ville à côté de chez nous. Je me souviens, je l’avais bombardé de questions le pauvre ! J’y étais allé comme ça, j’étais entré dans son cabinet et je lui avais demandé s’il pouvait me parler de son métier*, me dire comment il fallait faire pour devenir vétérinaire parce que je voulais vraiment faire ça. Ca l’avait touché je crois. 

Et puis Lauriane est arrivée dans ma vie. J’avais 17 ans, j’étais au lycée, en 1ère S. Je ne m’y attendais pas. J’étais branché sur mes cours, je ne sortais pas en boite ou au bar comme les jeunes de ma classe, je ne m’intéressais pas aux filles, j’étais toujours aussi solitaire. Ca m’a fait l’effet d’une bombe. Elle a chamboulé ma vie. On n’est toujours ensemble aujourd’hui. Et je ne fais pas d’études pour devenir vétérinaire ! Je fais des études de médecine…

J’ai bossé comme un dingue en PACES et j’ai réussi le concours, je suis en deuxième année maintenant. Et, même si c’est dur, je suis super heureux ! Pour quelqu’un qui préférait la compagnie des animaux à celle des êtres humains, c’est étonnant n’est-ce pas de se retrouver en médecine ? Parce que la vocation du médecin, c’est bien de soigner des êtres humains…Oui, c’est que je ne suis plus le même !  Lauriane m’a permis de renaitre. A ses côtés, j’ai compris mon erreur.

J’ai réalisé que si je voulais être pleinement humain, il fallait que je prenne soin des autres êtres humains, du mieux possible. Que je ne pouvais les exclure de ma vie. Que je fuyais les autres parce que je ne savais pas comment les prendre. J’étais un handicapé relationnel, prisonnier de croyances forgées dans ma prime enfance, beaucoup au travers de l’expérience familiale. Prisonnier de mes peurs d’aller vraiment à la rencontre de l’autre. Et quand j’ai compris ça, je me suis mis à découvrir toutes les richesses de l’être humain, toutes ses potentialités. Et pas seulement sa noirceur. J’ai vu combien nos croyances peuvent nous limiter et nous donner accès qu’à une infime partie de la réalité .

J’ai compris aussi que, les animaux, dont je suis toujours entouré et pour lesquels je suis engagé (je lutte pour leurs droits) suivent la feuille de route que la nature leur a tracée. Alors que nous, êtres humains, avons quelque chose qu’ils n’ont pas : la faculté de choisir. Aucun être humain n’arrive au monde avec une feuille de route, enfin certains le pensent peut-être mais ce n’est pas mon cas. C’est à nous de tracer notre chemin dans ce monde. Et cette liberté est à la fois une bénédiction et un malheur. A nous de faire en sorte qu’elle soit plutôt une bénédiction pour nous-mêmes et pour les autres. 

Je suis né plusieurs fois. La première fois, c’est quand ma mère a accouché de cette petite crevette que j’étais. La seconde fois, c’était quand le moi solitaire passionné d’animaux voulait devenir vétérinaire. La dernière fois, c’est quand je suis venu réellement au monde, que j’ai décidé de tracer mon chemin parmi et avec les Hommes et que j’ai décidé de devenir médecin.

* Cela s’appelle une enquête métier sur le terrain. Vous pouvez rencontrer des professionnels sur leur lieu de travail, dans des salons ou passer par des sites comme www.jobirl.com. Cliquez ici pour découvrir les 5 astuces pour connaitre un métier.

Réagissez à cette histoire ! Qu’est-ce qu’elle vous évoque ? 

QUESTIONNER LE RAPPORT A L’ARGENT DE NOS ENFANTS

Crédit photo : luxstorm

Pourquoi la question du rapport à l’argent est-elle importante de mon point de vue dans un processus d’orientation ? Comment, en tant que parents, ouvrir nos enfants à ce questionnement ?

« Je veux gagner beaucoup d’argent »

Le rapport à l’argent conditionne, parmi d’autres données, les choix que nos enfants vont faire en matière d’orientation. Certains veulent choisir une voie professionnelle qui leur permettra de « gagner beaucoup d’argent ». D’autres n’en ont que faire, ils veulent « juste ce qu’il faut ».

La valeur qu’ils lui accordent dépend de plusieurs choses. De l’éducation reçue ou autrement dit de la place de l’argent au sein de la cellule familiale, du rapport même que nous parents avons avec l’argent. Sommes nous avides, avares, économes, dépensiers, généreux, pauvres, riches, frustrés ? Quelle idée nous faisons nous de l’argent ? Quelle image de l’argent avons-nous véhiculé ? Que représente t-il pour nous ? La sécurité ? Quelque chose de sale ? La servitude ou au contraire la liberté ? Read More

UN PARCOURS SECURISE POUR DEVENIR MACHINISTE RECEVEUR A LA RATP

Le grand public les appelle chauffeurs ou conducteurs de bus. En réalité, ce sont des machinistes receveurs (MR). C’est leur titre officiel, qui reprend leurs deux principales missions : l’une qui est technique (conduite d’ un bus) et l’autre commerciale (la relation avec la clientèle).

Différentes sociétés de transport en commun existent en France mais j’ai choisi de vous parler de la RATP (Régie Autonome des Transports Parisiens), présente surtout en Ile de France et leader sur ce marché. Elle est aussi l’un des principaux recruteurs en IDF et a mis en place sur quelques départements, avec le concours de la Région IDF et d’ASSOFAC (organisme de formation) un parcours sécurisé permettant à des jeunes de se préparer aux épreuves de recrutement pour devenir MR.  Read More

RECIT D’UNE JOURNEE SUR L’ORIENTATION AU 21EME SIECLE

Crédit photo : Squeeze

J’ai participé samedi 17/03 à la cité des Sciences et de l’Industrie de Paris à l’une des journées organisées par Le Monde sur le thème« S’orienter au 21ème siècle ». Récit.

Le décor

Au programme, des ateliers, et des conférences d’1h30. Les thèmes des conférences : choisir, anticiper, se former. Deux journalistes du Monde pour présenter et animer ces conférences : Laure Belot et Emmanuel Davidenkoff. Très pros. Des invités sur le plateau, anonymes ou connus, de jeunes étudiants, des entrepreneurs, des professionnels, qui sont amenés à raconter leur parcours (la plupart du temps non linéaire) et bien-sûr à donner leur avis sur la thématique de la conférence. Des intermèdes vidéos ponctuent chaque conférence, notamment des interviews de professionnels de tous horizons qui parlent d’orientation.

Dans le public, des jeunes, des parents, des professionnels. La possibilité pour celui-ci d’interagir avec les invités. En effet, il est possible de poser des questions par SMS et l’un des journalistes s’en fait l’écho.

Cette question aux invités : saviez-vous, à 15/16 ans ce que vous vouliez faire ? Et cette invariable réponse : NON. Read More

LE MANQUE D’ETHIQUE CHEZ UN GEANT DES COURS EN LIGNE

Cours en ligne
Crédit photo : janeb13

Cette fois-ci, c’est un billet d’humeur que j’ai envie d’écrire. Je vais vous raconter une anecdote qui m’est arrivée récemment et qui m’a mise en colère…Tombée sur une petite annonce d’une école en ligne (initiales OC…), recherchant des mentors en insertion professionnelle, je me suis dit, tiens, allons voir de plus près… Read More

L’IKIGAÏ PEUT-IL ET DOIT-IL REMPLACER LE TRAVAIL ET L’EMPLOI ?

IKIGAÏ
Crédit photo : Sanshiro

Okinawa, mon amour

Savez-vous ce qu’est l’ikigaï ? C’est un concept japonais signifiant « raison d’être » ou « joie de vivre » et qui peut être défini aussi comme « bonne raison de se lever le matin »….ça fait rêver n’est-ce pas ? 🙂

On l’associe fréquemment à l’île d’Okinawa, dont les habitants, on le sait, détiennent des records mondiaux de longévité, dont certains prétendent, non sans raccourci, qu’ils seraient dus à l’ Ikigaï. C’est devenu une méthode de coaching, une méthode pour trouver sa voie, sa raison de vivre et de se lever le matin, le but, vous l’aurez compris, étant d’être heureux !

Pour en savoir plus sur cette méthode, je vous renvoie vers ce témoignage « Ikigaï : ce test japonais a changé ma vie (en mieux) » du blog L’étudiant Malin (blog qui pourrait servir par ailleurs à vos enfants s’ils sont étudiants).

Cette méthode est utilisée pour, entre autres, trouver une activité réménératrice qui nous ressemble, pour s’orienter avec justesse.

La question du sens du travail

La plupart des jeunes aujourd’hui, aspirent à trouver du sens et de l’épanouissement dans leur activité professionnelle. Peut-être peuvent-ils s’inspirer de cette méthode pour trouver ce qui les fera se lever le matin ?

Mais qu’ai-je voulu dire à travers ce titre doucement provocateur, l’ikigaï peut-il remplacer le travail et l’emploi ?

Cela dépend de ce que l’on met sous les termes « travail » et « emploi ». Certains les confondent mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Read More

Un MOOC pour booster son dossier d’entrée en IUT

MOOC IUT
Crédit photo : Fotomek

Après le MOOC « 7 semaines pour trouver le job de mes rêves », j’ai suivi le MOOC accessible sur la plate-forme FUN MOOC « Entrer à l’IUT : les codes pour booster ton dossier » qui s’adresse donc aux futurs bacheliers ou étudiants de Licence 1 qui souhaitent candidater en IUT. Eh oui, j’ai pris le virus MOOC ! 😉

30 mn par semaine pendant 4 semaines pour augmenter ses chances d’entrer à l’IUT, voilà la promesse de ce MOOC. En réalité, ça dépend évidemment de chacun mais 1H /semaine me semble plus réaliste. Read More

J’ai testé le MOOC « 7 semaines pour trouver le job de mes rêves »

J'ai testé le MOOC "7 semaines pour trouver le job de mes rêves"Savez-vous ce qu’est un MOOC ? MOOC signifie Massiv Open Online Courses. C’est donc un cours gratuit en ligne, accessible à tous.

Il existe des MOOCs transmissifs et des MOOCs connectivistes. Ces dernières années sont apparus également les SPOC (small private online course). Pour tout savoir sur ces cours en ligne, je vous renvoie vers les articles de Studyrama sur le sujet. Vous y apprendrez la différence entre tous ces formats de cours, à qui ils s’adressent, comment ils sont construits, pourquoi, par qui, leurs avantages, comment les suivre…

Je n’avais jusqu’à présent jamais suivi de MOOC et avais envie de tester. J’ai donc cherché un MOOC proche de la thématique de mon blog. C’est comme ça que je me suis inscrite gratuitement au MOOC « 7 semaines pour trouver le job de mes rêves ». Pas moins de 30 intervenants du secteur privé et public interviennent dans ce programme destiné à trouver le job de ses rêves en 7 semaines. Read More

FLASH INFO : PARCOURSUP

APB (Admission post-bac), la plate-forme d'admission dans l'enseignement supérieur devient PARCOURSUP.

Les conférences des doyens d'université sont en train de plancher sur les "attendus" de chaque formation, afin de pouvoir les inscrire dans cette nouvelle plate-forme qui sera disponible le 15/01/2018.

La saisie des voeux des lycéens se fera du 22/01/18 au 13/03/18.

REFORME DE L’ACCES A L’UNIVERSITE : LE POINT SUR CE QUI ATTEND VOS ENFANTS

Réforme de l'accès à l'Université
Crédit photo : thelester

Vous avez probablement entendu parler de la Réforme de l’accès à l’Université. A l’heure où j’écris ces lignes, le projet de loi s’apprête à être présenté au Conseil des Ministres (le 22/11/2017) après avoir reçu un avis négatif du HCE (Haut Conseil à l’Education) puis un avis favorable du CNESER (Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche).

Le point sur ce qui va changer pour les lycéens et étudiants et ma lecture   sur ces différentes mesures.

Pour comprendre les raisons principales qui motivent cette réforme, je vous renvoie à mon article précédent : HARO SUR APB : L’ARBRE QUI CACHE LA FORÊT

QUELLES FILIERES SONT CONCERNEES PAR LA REFORME ?

La réforme ne concerne pas les filières dites sélectives (c’est-à-dire celles dans lesquelles une sélection s’opère sur dossier et qui peuvent refuser une candidature) : les CPGE  (Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles ), les IUT (Instituts Universitaires de Technologie), les STS (Sections de Techniciens Supérieurs)…

Sont donc concernées par la réforme les filières non sélectives comme la Licence. Read More

HARO SUR APB : L’ARBRE QUI CACHE LA FORÊT ?

Haro sur APB : l'arbre qui cache la forêt ?
Crédit photo : johnyksslr

Le fameux portail APB (Admission post Bac) permettant aux futurs bacheliers une pré-inscription en 1ère année d’enseignement supérieur est en voie d’extinction, en tous les cas dans sa version actuelle. Vos enfants ont peut-être du en passer par APB, tout comme Zoé et Tanahé, qui dans ces vidéos, m’ont fait part de leur expérience. Ou alors, ils sont peut-être en terminale cette année et vous vous demandez à quelle sauce ils seront mangés, avec la réforme en cours de l’entrée à l’université pour 2018, annoncée par la ministre de l’Enseignement supérieur, Mme Frédérique Vidal. Read More

Mon défi vidéo : l’interview bonus de Thibault, futur infopreneur

Retranscription de l’interview


T: Thibault ; C : Carole

C: Bonjour bienvenue sur le blog jaimemonavenir.com, alors aujourd’hui je réalise une interview à distance, je suis avec Thibault, bonjour !

T: Bonjour !

C : Alors Thibault, je te présente brièvement, tu as 24 ans, tu viens de finir ton Master 2 en école de commerce…

T: C’est ça.

C: …en marketing plus précisément, que tu as réalisé en alternance, donc tu m’as expliqué que tu étais en formation au Havre et que tu avais une entreprise à Lyon, donc tu voyages pas mal…

T: On fait un peu de trajet, on connait bien la SNCF…

C: C’est ça ! (rires)

T: Et du coup cette société aide des TPE-PME dans leur communication sur Internet, notamment via différentes solutions qui vont les accompagner, l’idée c’est vraiment de tout simplifier pour qu’une personne qui n’a aucune connaissance en marketing puisse réussir comme les autres, voilà.

C: Oui d’accord, ils proposent des solutions, des pack en fait …

T: Ce n’est pas tout à fait un pack, c’est une interface avec différents modules et donc la personne prend un abonnement sur 1 an, elle est guidée avec différentes actions qui vont lui dire exactement quoi faire pour notamment être bien référencée sur Google et puis derrière il y a différents outils comme des CRM, des choses comme ça, de l’emailing aussi, qui vont leur permettre de…comment dire, de rester en contact en fait avec leurs clients, via les emails qu’ils ont pu capturer via leur site Internet.

C: D’accord, très bien. Donc on va revenir un peu sur tes études. Qu’est-ce qui t’a motivé à faire ces études là ?

T: Alors moi ce qui m’a motivé c’était l’aspect concret, je voulais quelque chose de très concret, j’ai fait une seconde générale, tout ce qui était très très théorique ça ne me plaisait pas trop. Read More

Chloé deviendra t-elle professeur d’anglais ?

Vous pouvez écouter ce podcast en live en cliquant sur le bouton Play en haut ou le télécharger sous format MP3.

Drapeau anglais
Crédit photo : terimakasih0

Retranscription du podcast 

Chloé écrit :

Bonjour Carole,

J’ai 20 ans et je suis tombée par hasard sur votre blog. Je sais qu’il s’adresse aux parents mais personnellement, j’y trouve aussi des choses qui m’ouvrent l’esprit ! Et là je suis un peu en panne, alors je me suis dit que vous pourriez peut-être m’aider !

Je suis en LLCE (Langues, littératures et civilisations étrangères) parce que j’adore l’anglais et mon idée était de devenir professeur d’anglais. Mais plus j’avance et moins j’ai envie d’aller vers l’enseignement parce que si c’est pour me retrouver dans un collège difficile…J’aime beaucoup la psychologie et je me demandais dans quelle mesure je pourrais allier ces deux centres d’intérêt que j’ai. Mes recherches n’ont rien donné pour le moment ni les gens que j’ai rencontrés. Avez-vous une idée ? Merci !

Read More

10 exemples de questions pour trouver sa propre voie

10 exemples de questions pour trouver sa voie
Crédit photo : geralt

Le questionnement est au centre de la démarche d’orientation. Cela, tout le monde peut en convenir n’est-ce pas ? Qui suis-je ? Où vais-je ?… Seulement, quelles sont les bonnes questions que votre enfant (ou vous-mêmes d’ailleurs si vous êtes dans une phase de réorientation)  pouvez vous poser ?

L’expérience précède les questions

Souvent, on voit des personnes, qui, plus ou moins sur le tard, réalisent qu’elles se sont égarées, qu’elles ne se sont pas suffisamment écoutées lorsqu’elles étaient jeunes et qui sont parties sur des rails qui ne leur convenaient pas…par peur, par conformisme, par conditionnement ou pour coller à l’image parentale…Peut-être que c’est votre cas ? Et en réalisant cela, certaines d’entre elles opèrent un virage à 380°, surprenant tout leur entourage ! On les entend dire « Je ne me suis pas posé(e) les bonnes questions… », alors quelles sont ces  » bonnes  » questions ? Existent-elles seulement ?  

Je pense qu’en effet, il y a des questions qui ouvrent la réflexion, qui encouragent à approfondir la connaissance que l’on a de soi et qui, dans ce sens, sont utiles et essentielles dans un processus d’orientation. Mais il peut être très difficile d’y répondre. Pour y arriver, il faut partir de l’expérience, de la mémoire que l’on en a lorsqu’elle est passée, et cette mémoire se situe aussi dans le corps ! C’est l’histoire de Damien qui raconte que chaque semaine, lorsqu’il joue au hand avec son équipe, il est heureux, il éprouve des sensations et des émotions agréables. Il peut partir de cette expérience là pour cerner certains de ses besoins, certaines de ses valeurs…

Plus on fait marcher nos sens, plus on est en éveil dans toutes les expériences que l’on vit, plus on est conscient de ce qui nous traverse au coeur même de l’expérience (nos sensations, nos émotions, nos pensées…), plus on apprend à se connaitre et à identifier ce que l’on veut. C’est l’histoire de Samira qui rencontre un ancien copain de classe qu’elle n’a pas vu depuis longtemps dans la rue et qui se rend compte qu’elle est très mal à l’aise, elle a les mains moites, elle bafouille, ne sait pas quoi dire, a le coeur qui s’accélère. Elle se sent gênée, empruntée, frustrée…Des pensées la traversent « Il a vachement grossi », « Qu’est-ce qu’il va penser de moi ? », « Mais il est bourré de préjugés ce mec ! ». Ces sensations, émotions, pensées parlent d’elle. Ce sont des signaux à décrypter, révélateurs de ce qu’elle est, de ses principes, croyances, valeurs, besoins, sensibilité… à un moment donné.

Il devient alors plus facile de répondre à des questions sur nous-mêmes,  pour faire des choix, qui ne sont de toute façon jamais définitifs ! On peut se connecter à la fois à cette petite voix intérieure (qu’on appelle aussi l’intuition ou le coeur), aux signaux que nous envoie notre corps et enfin à notre raison…C’est le trio gagnant : tête, coeur, corps ! Read More

Mon défi vidéo : l’interview de Marie, 24 ans, étudiante et blogueuse

Retranscription de l’interview

C: Carole ; M : Marie


C: Bonjour c’est Carole du blog jaimemonavenir.com, je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour la dixième et dernière interview de mon défi du mois de juillet donc je suis super contente parce que j’aurais réussi à relever ce défi, si vous avez manqué l’explication de ce défi, vous avez accès sur ma chaine You Tube à la vidéo dans laquelle j’explique mon défi et puis vous avez accès aussi aux 9 interviews que j’ai pu faire précédemment de jeunes au sujet de leur orientation. Alors aujourd’hui c’est la dixième et je suis avec Marie, bonjour Marie !

M: Bonjour Carole !

C: Merci, merci infiniment  d’avoir accepté cette interview, alors Marie, je vais te présenter succinctement, tu as 20 ans, tu es étudiante dans l’immobilier en alternance et tu es aussi blogueuse comme moi, tu as deux blogs qui sont sur le thème du développement personnel donc tu vas avoir l’occasion ensuite de nous en parler. Alors première question  Marie déjà, qu’ est-ce qui t’a motivée à faire des études dans l’immobilier ?

M: Alors il faut savoir que j’ai un parcours un peu atypique, j’ai eu un Bac littéraire, j’étais dans un lycée militaire, donc bien cadrée, donc à priori j’avais déjà une voie qui était tracée donc moi ce que je voulais faire depuis petite c’était du droit, je voulais être avocate.

Finalement j’étais dans une très bonne faculté de droit, j’étais en double diplôme droit français, droit espagnol, la première année ça c’est bien passé mais difficilement donc finalement j’ai redoublé avec 2 matières à repasser et au cours donc de ma deuxième année où je n’avais quasiment aucune matière, je me suis dit bon tant qu’à faire, je vais faire quelque chose qui sort un peu de l’ordinaire et me rendre utile, j’ai fait un service civique au sein de la brigade des sapeurs pompiers de Paris pour rester un peu dans le cadre militaire.

Ca a été super intéressant, j’ai énormément appris sur moi-même et finalement je me suis rendue compte aussi que le droit ça ne me plaisait pas  dans le sens où je n’étais pas épanouie alors que je l’étais pendant mon service civique et du coup j’ai cherché dans quel domaine je pourrais me sentir bien tout en faisant une profession dans un secteur porteur. Read More

Soyez prévenu(e) dès que je publie un nouveau contenu et recevez gratuitement mon guide Cliquez ici
Hello. Add your message here.